Accéder au contenu principal
Brésil / Argentine

Le président argentin élu réclame «Lula libre», Bolsonaro dénonce un affront

Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'une cérémonie au Palais Planalto à Brasilia, le 5 septembre 2019.
Le président brésilien Jair Bolsonaro lors d'une cérémonie au Palais Planalto à Brasilia, le 5 septembre 2019. REUTERS/Adriano Machado

Rien ne va plus entre l’Argentine et le Brésil, au lendemain de l’élection d’Alberto Fernandez. Le président de gauche élu en Argentine s’est immédiatement solidarisé avec l’ancien président brésilien dont il a demandé la libération. Ce qui a fait bondir l’actuel chef de l’État brésilien, Jair Bolsonaro.

Publicité

Avec notre correspondant à Sao Paulo,  Martin Bernard

Jair Bolsonaro s’est refusé à féliciter le candidat péroniste pour sa victoire au premier tour de l’élection présidentielle argentine. Le président d’extrême droite a même regretté publiquement sa victoire, en ne cachant pas sa préférence pour le président sortant, l’homme d’affaires Mauricio Macri.

Mais ce qui a surtout énervé le chef de file de l’extrême droite brésilienne, c’est l’hommage appuyé rendu par Alberto Fernandez à Lula : « Un homme extraordinaire, dit-il, injustement détenu depuis un an et demi ».

Le président élu s’est prononcé en faveur de la libération du chef de file de la gauche latino-américaine. Jair Bolsonaro a considéré ce geste comme une ingérence et un affront à la démocratie brésilienne.

Un climat pesant entre Buenos Aires et Brasilia. Et il ne faut pas compter sur les diplomates pour faire baisser la tension, puisque le ministre brésilien des Affaires étrangères a estimé que « les forces du mal » étaient désormais « à la fête » en Argentine.

À écouter aussi : Le Brésil de Bolsonaro

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.