Accéder au contenu principal
Chili

Au Chili, les manifestants continuent de mettre la pression sur le gouvernement

De nouvelles manifestations, parfois émaillées d'incidents, ont eu lieu mardi 29 octobre à Santiago et dans d'autres villes du Chili.
De nouvelles manifestations, parfois émaillées d'incidents, ont eu lieu mardi 29 octobre à Santiago et dans d'autres villes du Chili. ect themselves with a makeshift shield during a protest against

Des milliers de personnes étaient de nouveau réunies mardi soir pour protester contre les inégalités et demander de meilleurs services publics. Les manifestants ne sont pas satisfaits du nouveau gouvernement présenté lundi par le président Sebastian Piñera.

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

De nouveaux heurts ont éclaté dans les rues mardi soir, et la police a plusieurs fois empêché les manifestants de se déplacer sur la principale avenue de la capitale. Rendez-vous avait été donné près du palais présidentiel de la Moneda, mais le quartier était bouclé par la police. Sous les tirs de gaz lacrymogènes, les manifestants se replient vers Plaza Italia, traditionnel point de départ des manifestations.

► À lire aussi : Chili: soupçons de violation des droits de l'homme

Tatiana Bravo, 52 ans, est venue manifester avec ses enfants. Les yeux rougis par le gaz, elle repart déçue et en colère : « Je me sens terriblement impuissante parce qu'on n'a pas pu manifester tranquillement ou rejoindre le cortège. On a été réprimés avec des gaz lacrymogènes et des canons à eau », rapporte-t-elle.

Blessé par des tirs au plomb

Quelques minutes plus tard, un observateur de l'Institut chilien des droits de l'homme, un organisme public indépendant, reçoit des tirs au plomb de la part des forces de l'ordre. Son pronostic vital n'est pas engagé, mais il doit être admis aux urgences.

Ces tirs sont « intolérables » selon le directeur de l'institut des droits de l'homme, Sergio Micco : « Souvent, dans des manifestations au cours desquelles il n'y a pas de débordements, il y a des tirs et dans ce cas il y a eu des tirs nourris contre un observateur de l'Institut des droits de l'homme qui évidemment n'était en train de commettre aucun acte de violence », confirme-t-il.

Selon lui, depuis le début des manifestations il y a deux semaines, au moins 1 200 personnes ont été blessées, notamment par des armes à feu ou des billes de plomb tirées par les forces de l'ordre.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.