Accéder au contenu principal
Canada

Le Québec restreint l’usage du cannabis, pourtant légal au Canada

Des plants de marijuana dans une plantation de Smiths Falls, en Ontario, le 29 octobre 2019.
Des plants de marijuana dans une plantation de Smiths Falls, en Ontario, le 29 octobre 2019. REUTERS/Blair Gable

Même si le Canada autorise depuis plus d’un an l’usage du cannabis, le Québec vient de prendre des mesures pour resserrer son utilisation. Depuis le début du mois, il est interdit de fumer cette drogue dans les lieux publics, qu’il s’agisse de la rue ou des espaces verts. Dès le 1er janvier, il faudra avoir plus de 21 ans, et non plus 18 ans comme actuellement, pour s’acheter du cannabis dans les magasins d’État.

Publicité

Le parti de droite qui dirige le gouvernement du Québec n’a jamais apprécié que le pouvoir central légalise le cannabis à l’échelle du Canada. Le ministre de la Santé affirme agir pour le bien des jeunes, chez qui cette drogue peut avoir des effets graves sur le cerveau en croissance. Pourtant, les associations de médecins, la santé publique et de nombreux intervenants sociaux ne partagent pas son avis.

►À écouter aussi : Le Canada légalise le cannabis

La plupart des experts font valoir que les moins de 30 ans constituent le groupe d’âge le plus intéressé à fumer la marijuana. Et il semble bien illusoire de croire que son interdiction chez les 18-21 ans va les dissuader de se rouler un joint.

Plutôt que de s’approvisionner dans les magasins d’État qui fournissent des informations claires sur la concentration du produit et ses effets potentiels, ils vont donc se tourner vers le marché noir et le réseau criminel. Un recul aux yeux de plusieurs spécialistes qui espéraient justement que la légalisation couperait l’herbe sous le pied aux trafiquants.

Les trafiquants continuent les affaires

Quels effets a eu cette légalisation au Canada ? Ceux qui craignaient une révolution sociale ou des mœurs en ont été pour leurs frais. Rien n’a vraiment changé. Même les trafiquants continuent à faire de bonnes affaires, puisqu’ils ont cassé les prix quelques mois avant que cette drogue ne devienne légale.

L’expérience menée dans plusieurs États américains comme le Colorado montre d’ailleurs qu’il faut plusieurs années avant que la mainmise criminelle ne diminue sur ce secteur longtemps prohibé. Il faut que le commerce légal s’ajuste et que les consommateurs changent leurs habitudes pour cesser de s’approvisionner sur le marché noir.

►À écouter aussi : Légalisation du cannabis au Canada: qu'est-ce qui a changé depuis 4 mois?

Quant au développement de l’industrie du cannabis au Canada, l'euphorie n’a été que de courte durée. Les entreprises productrices ont littéralement fleuri dans les années qui ont précédé la légalisation, et les prix des actions se sont parfois presque envolés. Certains investisseurs ont encaissé des profits plus qu’intéressants, mais force est de constater qu’aujourd’hui cette bulle spéculative se dégonfle à vitesse grand V.

Plusieurs sociétés ont été rachetées par de plus grands « joueurs », et les actionnaires deviennent beaucoup plus exigeants sur la gestion de ces immenses serres hautement sécurisées. De nombreux « joueurs » misent cependant sur la commercialisation de produits comestibles à base de cannabis pour relancer la croissance.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.