Accéder au contenu principal
Bolivie

[Reportage] Bolivie: des pro-Morales bloquent un dépôt pétrolier près de La Paz

Le 16 novembre 2019, des manifestants pro-Evo Morales bloquent le dépôt pétrolier qui alimente La Paz, en Bolivie.
Le 16 novembre 2019, des manifestants pro-Evo Morales bloquent le dépôt pétrolier qui alimente La Paz, en Bolivie. Marie Normand / RFI

De nombreuses manifestations de soutien à l'ancien président se tiennent toujours dans le pays, suivies parfois de violents affrontements avec les forces de l'ordre. Près de La Paz, à El Alto, ces partisans d'Evo Morales ont bloqué le dépôt pétrolier qui alimente la capitale.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à La Paz, Marie Normand

EL Alto, sur les hauteurs de La Paz, district 8. Ici, il faut montrer patte blanche. La presse locale, voire internationale, n’est pas la bienvenue, accusée d’avoir pris le parti du nouveau gouvernement. Nous allons rouler sur plusieurs kilomètres d’autoroute entièrement coupée à la circulation dans les deux sens. Il faut contourner les pneus, enlever les pierres, soulever les barbelés pour faire passer notre voiture. Les seuls véhicules croisés sont des camions qui amènent des renforts venus des provinces.

Nous arrivons enfin devant le dépôt pétrolier de l’entreprise publique chargée d’alimenter la Paz en essence et en GPL. C’est là que se rassemblent peu à peu des centaines de personnes, de la ville et des campagnes environnantes. 

« Nous sommes en train de surveiller le site, pour que l’essence ne sorte pas d’ici, entend-on. Parce qu’on veut que notre président Evo revienne. » Une autre voix ensuite : « Cette extrême droite raciste nous a déclaré la guerre. Ils nous tirent dessus comme si on était des animaux. » Puis une troisième : « Ils nous ont encerclés, ils nous ont aspergés de gaz lacrymogènes, donc les gens ont demandé qu’on bloque l’usine pour que plus rien ne sorte. Tant que cette présidente qui s’est auto-élue n'a pas démissionné, nous n’allons pas renoncer. » 

Un blocage que condamne la présidente par intérim : Jeanine Añez parle d’un « attentat » contre la population et promet de régler la situation dans les jours qui viennent, alors que les dernières stations-service de La Paz voient leurs stocks s’épuiser.

►À lire aussi [Reportage] Bolivie: à La Paz, l'essence et la nourriture commencent à manquer

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.