Accéder au contenu principal
Revue de presse des Amériques

À la Une: procédure de destitution, la stratégie de Donald Trump

Le président américain Donald Trump prononce un discours dans la salle Roosevelt à la Maison Blanche le 15 novembre 2019 à Washington, DC.
Le président américain Donald Trump prononce un discours dans la salle Roosevelt à la Maison Blanche le 15 novembre 2019 à Washington, DC. © Zach Gibson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Publicité

L’enquête en vue d’une procédure de destitution domine toujours les titres des journaux. La commission du Renseignement de la Chambre des Représentants reprend ses audiences publiques aujourd’hui. C’est en Une du site d’information The Hill. Quatre témoins seront convoqués, parmi eux le lieutenant-colonel Alexander Vindman, expert au Conseil de sécurité nationale. Le Washington Post s’est penché sur la stratégie de défense de Donald Trump, accusé d’avoir demandé aux autorités ukrainiennes d’enquêter sur un rival potentiel de la présidentielle de 2020, à savoir Joe Biden.

La stratégie de défense du président et de son entourage se résume en quelques mots, selon le Washington Post : attaquer et décrédibiliser les fonctionnaires convoqués par les démocrates. Fidèle à cette méthode, un sénateur proche de Donald Trump, Ron Johnson, a déclaré que l’un des témoins d’aujourd’hui, Alexander Vindman, était peut-être un membre du « deep state » ( d’une sorte d’hiérarchie parallèle selon certaines théories du complot ) qui n’a jamais accepté le président et dont le seul but est de le chasser de la Maison Blanche. Reste à savoir si Donald Trump lui-même va témoigner. C’est la question que se pose le journal canadien Le Devoir, en faisant référence à un tweet surprenant du président. Donald Trump a déclaré hier qu’il « envisageait sérieusement » de témoigner, même s’il continue de dénigrer la procédure.

« A Warning », un livre à charge contre Donald Trump

Alors que le président semble réfléchir à témoigner ou non devant le Congrès, un livre à charge contre lui sera publié aujourd’hui, un livre qui a déjà fait pas mal de buzz. La presse en parle depuis quelques jours et ce mardi les Américains peuvent se faire leur propre opinion… A Warning (Un Avertissement) c’est le titre du livre écrit, selon le New York Times, par un conseiller de la Maison Blanche, un conseiller qui signe son œuvre par un simple « Anonymous ». Le conseiller y explique qu’il a voté pour Donald Trump en 2016 mais qu’il le regrette amèrement aujourd’hui. Après avoir fréquenté le président de près à la Maison Blanche, il lance un avertissement aux lecteurs ( d’où le titre ) : si Donald Trump est réélu, le pays court à la catastrophe.

Des chiffres alarmants en provenance de l’Amazonie

Entre aout 2018 et juillet 2019 la déforestation en Amazonie brésilienne a augmenté de 30% par rapport à l’année précédente. C’est du jamais depuis 2008. Les données ont été communiquées par l'Institut national de recherches spatiales, hier, en présence du ministre de l’Environnement Ricardo Salles. Selon le ministre cité par la Folha de São Paulo, l’augmentation de la déforestation est liée à « l’économie illégale ».

La gauche brésilienne en manque d’autocritique, c’est un autre sujet à la lire dans la presse brésilienne

La décision de l’ancien président Lula, libéré de prison mais toujours condamné pour corruption, d’adopter un discours volontairement clivant est très critiqué par le philosophe Pablo Ortellado. Dans une chronique publiée par la Folha de São Paulo, il reproche à Lula d’interdire au Parti des travailleurs toute forme d’autocritique et de rejeter catégoriquement toute voix dissidente. Cette position dogmatique basée sur un culte de la personnalité est dangereuse pour la gauche brésilienne et pour le pays, écrit le philosophe. Car si jamais le PT revient au pouvoir, il risque de répéter les erreurs du passé, et des erreurs, « il y en avait beaucoup », estime Pablo Ortellado.

La Colombie se prépare à une grève nationale

Ce sera pour jeudi 21 novembre 2019. Des syndicats, des indigènes et des étudiants, soutenus par des mouvements d'opposition, ont appelé à une grève nationale et à des manifestations contre le gouvernement du président Ivan Duque. La mobilisation vise surtout la politique sociale et économique du président, très impopulaire après moins d'un an et demi au pouvoir. Plusieurs universités ont décidé de suspendre les cours jeudi prochain, écrit le journal El Tiempo. D’après le site d’information Infobae, le président Ivan Duque est confronté au « moment le plus difficile » de son mandat. Un mandat marqué par de fortes tensions entre le gouvernement et la société civile, ajoute Infobae

Haïti : l’opposition relance la mobilisation alors que le président appelle à l’unité

La commémoration de la bataille de Vertières a été marquée par la reprise des mobilisations de l’opposition en faveur de la démission de Jovenel Moïse. Le président a appelé les Haïtiens à l’unité, mais cet appel reste un vœu pieux. Nous en parlons avec Gotson Pierre, rédacteur en chef de l’agence Alterpress.

Gotson Pierre, rédacteur en chef de l’agence Alterpress

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.