Accéder au contenu principal
États-Unis / Défense

Mark Esper donne les détails du limogeage du chef de la Navy

Le chef de la Navy Richard Spencer a été limogé pour avoir refusé de se plier aux exigences de Donald Trump.
Le chef de la Navy Richard Spencer a été limogé pour avoir refusé de se plier aux exigences de Donald Trump. U.S. Marine Corps/Sgt. Akeel Austin/Handout via REUTERS

Le chef de la Navy, Richard Spencer, a été limogé suite à son refus de réintégrer un soldat accusé de crimes de guerre malgré les demandes de Donald Trump.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salves

On en sait plus sur les raisons du limogeage très inhabituel du secrétaire à la Navy, le chef de la marine américaine, par le ministre de la Défense ce dimanche 24 novembre. Dans sa lettre de départ Richard Spencer expliquait ce week-end être en désaccord avec Donald Trump sur le sort d’Eddie Gallagher, un soldat américain accusé de crimes de guerre en Irak.

Donald Trump demandait au Pentagone son maintien à son poste au sein des forces spéciales de la marine, ce que refusait Richard Spencer. Ce lundi le ministre de la Défense Mark Esper a confirmé qu’il a demandé le départ du chef de la Navy pour s’être opposé à la volonté du président. Il s’agit donc d’une nouvelle illustration des tensions entre Donald Trump et les chefs de son armée.

Le soldat Eddie Gallagher, chef des commandos marine, est accusé de crimes de guerre en Irak, de meurtres de civils et d’élimination de jihadistes au couteau de chasse. Il a même été condamné pour avoir posé sur une photo devant le corps d’un combattant de l’État islamique, mais Gallagher a été ensuite gracié par Donald Trump.

Intervention personnelle de Trump

Depuis, le président américain demandait, notamment sur Twitter cette semaine, sa réintégration pure et simple au sein de son commando d’élite. Son ministre de la Défense Mark Esper avait donné son accord mais le chef de la marine, Richard Spencer, refusait « d’exonérer totalement Gallagher au nom de sa conscience », a-t-il expliqué dans sa lettre de démission.

Selon le Pentagone, Richard Spencer a même tenté de négocier avec la Maison Blanche contre l’avis de ses chefs et de Trump pour faire passer ce soldat devant une commission disciplinaire et le pousser en douceur vers la retraite. La marine voulait exclure ce soldat de ses commandos mais c’est finalement son chef qui démissionne.

Ce lundi le ministre de la Défense confirme que c’est cette tentative de négociation secrète qui l’a poussé à le limoger « après avoir perdu confiance en lui ». Mark Esper annonce aussi avoir eu un long échange téléphonique ce dimanche avec Donald Trump qui lui a donné l’ordre formel de maintenir le soldat à son poste. Malgré ces accusations de crimes de guerre, Gallagher sera donc réintégré au sein des forces spéciales américaines.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.