Accéder au contenu principal
Uruguay

Présidentielle en Uruguay: une situation électorale et un suspense inédits

Luis Lacalle Pou, le candidat de la droite, faisant un «selfie» après avoir voté, le 24 novembre 2019.
Luis Lacalle Pou, le candidat de la droite, faisant un «selfie» après avoir voté, le 24 novembre 2019. REUTERS/Mariana Greif

L’Uruguay a connu un scrutin plein de rebondissements et de suspens dimanche. Alors que la droite était donnée largement gagnante par les sondages, le résultat est si serré que la Cour électorale n’a pas pu proclamer de vainqueur. Un nouveau décompte est en cours, et les résultats définitifs ne seront pas donnés avant jeudi 28 novembre.

Publicité

De notre correspondant à MontevideoThéo Conscience

Le scrutin est si serré que la Cour électorale n'a pas donné de résultats dimanche soir. À la fin du dépouillement, le candidat de la droite, Luis Lacalle Pou, avait un peu plus de 28 000 voix d’avance sur son rival de gauche Daniel Martínez. 28 000 voix, c’est environ 1% du corps électoral, mais c’est surtout un nombre inférieur à celui des votes litigieux.

Ces votes litigieux, 35 000 environ, sont ceux des électeurs qui n’ont pas voté dans la circonscription où ils sont inscrits. Ils doivent faire l’objet d’une évaluation au cas par cas, ce qui prend de temps. C’est ce que va faire la Cour électorale dans les prochains jours. Elle va aussi réexaminer les votes qui ont été annulés pour une raison et pour une autre, et elle donnera les résultats définitifs jeudi 28 ou vendredi 29 novembre.

Une « remontada » de la gauche

La droite était pourtant donnée gagnante par tous les sondages, avec 6, 7, voire même 8 points d’avance. Mais c’est l’autre coup de théâtre de la soirée de dimanche 24 novembre. Avec 47,5% des suffrages, Daniel Martínez, le candidat du Frente Amplio, a gagné plus de 8 points par rapport au premier tour, alors même que tous les autres partis avaient appelé à voter pour Luis Lacalle Pou.

À lire aussi Uruguay: distancée dans les sondages, la gauche joue la carte José Mujica

Daniel Martínez a félicité ses militants, qui se sont beaucoup mobilisés entre les deux tours avec une campagne de proximité très intense, mais ce n’est pas ce que retiennent les observateurs politiques ici. Ils pointent plutôt l’influence d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux par Guido Manini Ríos, le candidat du parti d’extrême-droite Cabildo Abierto.

Le candidat du Frente Amplio Daniel Martinez lors du dernier meeting de campagne, le 23 octobre 2019 à Montevideo.
Le candidat du Frente Amplio Daniel Martinez lors du dernier meeting de campagne, le 23 octobre 2019 à Montevideo. REUTERS/Mariana Greif

Guido Manini Ríos, c’est l’ancien commandant en chef des armées. Il a apporté son soutien à Luis Lacalle Pou lui aussi. Et vendredi, dans une vidéo adressée directement aux militaires, il a appelé à ne pas voter pour la gauche. Dans un pays qui a connu 13 ans de dictature militaire dans les années 1970-1980, ce n’est pas anodin comme geste, et ça a pu faire peur à certains électeurs. Beaucoup d’analystes y voient la raison de cette « remontada » inattendue de la gauche.

La droite pourrait remporter les élections

Après toutes ces surprises, il faut être prudent sur l’issue du scrutin. Mais le scénario le plus probable est que la droite remporte l’élection. Luis Lacalle Pou, a presque 30 000 voix d’avance, et il reste 35 000 bulletins à dépouiller. Il faudrait donc que 90% de ces bulletins soient en faveur de Daniel Martínez pour qu’il passe devant, ce qui n’est pas mathématiquement impossible, mais très improbable.

D’ailleurs Luis Lacalle Pou n’a pas officiellement revendiqué la victoire dimanche soir, même s’il a quand même dit qu’à ce stade, c’était plus une question de formalité. Il a appelé ses partisans à la prudence et à la patience.

Mais quel que soit le prochain président, la question qui se pose, c’est celle de la gouvernabilité d’un pays coupé en deux. Dimanche soir, les deux candidats ont souligné la dimension historique de cette élection, qui obligera le gouvernement et l’opposition à trouver des accords, au moins dans les premiers temps.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.