Accéder au contenu principal
La revue de presse des Amériques

À la Une: Greta Thunberg désignée personnalité de l’année par le magazine Time

La jeune Suédoise, Greta Thunberg a été désignée personnalité de l'année par le magazine américain Time.
La jeune Suédoise, Greta Thunberg a été désignée personnalité de l'année par le magazine américain Time. Time Magazine via Reuters

Publicité

L’hebdomadaire explique son choix par le fait que Greta Thunberg a réussi à créer une nouvelle conscience planétaire autour du climat. « Elle a transformé des peurs ressenties par des millions de personnes en un mouvement global qui demande un changement rapide. En seize mois, écrit Time, elle s’est adressée aux chefs d’État à l’ONU, elle a rencontré le pape, s’est disputée avec le président des États-Unis et a incité 4 millions de personnes à participer à une grève mondiale pour le climat le 20 septembre 2019, la plus grande manifestation pour le climat dans l’histoire humaine ».

Ce choix du magazine Time est très commenté. Selon le site de la chaine CNN, la décision de la rédaction de rendre hommage à l’action de la jeune Suédoise rendra certainement fou Donald Trump. D’abord parce qu’il aurait souhaité que ce soit lui, la personnalité de l’année. Et puis tout simplement parce que c’est Greta Thunberg. CNN rappelle que Donald Trump s’était déjà moqué de la militante du climat en septembre dernier, après son discours devant l’ONU, en tweetant qu’elle avait l’air d’une fille heureuse qui se réjouit de la perspective d’un bel avenir. Ce jeudi 12 décembre 2019, il en a remis une couche. Toujours via Twitter, il a recommandé à Greta Thunberg de travailler à sa gestion de la colère et d’aller se détendre au cinéma.

À lire aussi :
Greta Thunberg élue personnalité de l'année par le «Time»
 

La vidéo buzz : Donald Trump s’identifie à Thanos

Donald Trump en revanche, n’a pas l’air très détendu dans un nouveau clip de campagne publié par son équipe. Dans ce clip, Donald Trump est comparé à Thanos, le grand méchant du dernier épisode de la saga Avengers, « Infinity War »qui, armé du gant de l’infini, efface la moitié de l’humanité d’un claquement de doigts. C’est à lire dans le Washington Post : Trump affirme dans cette publicité qui met également en scène les démocrates et la procédure de destitution, que sa réélection est « inévitable ». Réaction du scénariste Jim Starlin, créateur du personnage, dans le Hollywood Reporter : « Après avoir d’abord eu l’impression d’avoir été volé en découvrant que cet imbécile pompeux avait utilisé ma création pour flatter son ego infantile, je me suis rendu compte que le président de mon pays et du monde libre aimait se comparer à un tueur de masse ». Et Jim Starlin de conclure : « C’est dingue, non ? Nous traversons des temps tristes et étranges. Heureusement, toutes choses, même les cauchemars nationaux, ont une fin. »

Les autochtones canadiens déplorent la disparition du caribou

C’est le témoignage poignant d’une jeune militante autochtone de la nation Innue, à lire dans le journal Le Devoir. Melissa explique que cela fait sept ans qu’elle n’a plus consommé de caribou, alors que cet animal sauvage est au centre de la culture innue. Il est utilisé pour tout : « la nourriture, mais aussi les vêtements, les mocassins, les tentes, les outils, la médecine, la spiritualité. Si les Innus sont là aujourd’hui, c’est à cause du caribou. Sans caribou, pas d’Innus. Pas de Melissa non plus », explique la militante. Dans la culture des Innus, le rapport au territoire n’est pas défini par le sens de la propriété, mais par la responsabilité. Les autochtones protègent eux-mêmes leur territoire, « le modèle le plus efficace de conservation, selon un récent rapport de l’ONU sur la biodiversité »,écrit Le Devoir.

En Argentine, le nouveau président Alberto Fernandez prend ses fonctions

Il a notamment promis de « remettre le pays sur les rails ». Mais c’est une autre promesse qui intéresse le journal La Nacion. Le nouveau président veut aussi défendre la démocratie et les droits de l’homme. « C’est très bien », commente La Nacion, « mais il y a des signes préoccupants qui indiquent que le gouvernement pourrait aller dans le sens inverse ». Lors de la cérémonie d’investiture mardi 10 décembre, Alberto Fernandez a été éclipsé par l’omniprésente vice-présidente Cristina Kirchner. Ce qui renforce les rumeurs selon lesquelles c’est elle qui tient les rênes du pouvoir. Le président a certes promis de combattre la corruption, poursuit La Nacion, mais en mettant en garde contre un système judiciaire « contaminé » et des « lynchages médiatiques » - une référence au procès pour corruption dont fait l’objet Cristina Kirchner.

Haïti : le gouvernement annonce un nouveau calendrier scolaire.

C’est à la Une du Nouvelliste. On en parle avec la rédaction en chef Frantz Duval.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.