Accéder au contenu principal
Aéronautique

Crise du 737 MAX: le patron de Boeing, Dennis Muilenburg, démissionne

Dennis Muilenburg a démissionné de la présidence de Boeing suite à la crise du 737 MAX.
Dennis Muilenburg a démissionné de la présidence de Boeing suite à la crise du 737 MAX. REUTERS/Jim Young/Pool

Denis Muilenburg, le patron du constructeur aéronautique américain Boeing a démissionné alors que l'entreprise est toujours empêtrée dans un scandale autour de son avion 737 MAX interdit de vols après plusieurs accidents fin 2018.

Publicité

« Le directeur financier de Boeing, Greg Smith, exercera les fonctions de directeur général par intérim pendant la brève période de transition » avant que David Calhoun, actuellement président, ne reprenne les rênes de l'entreprise, a précisé le constructeur aéronautique Boeing.

« Le conseil d'administration a décidé qu'un changement de direction était nécessaire pour restaurer la confiance dans la société alors qu'elle s'efforce de rétablir les liens avec les autorités de réglementation, les clients et toutes les autres parties prenantes » continue l'avionneur américain. Denis Muilenburg avait déjà dû quitter son poste de directeur du conseil d'administration en novembre 2019.

Dysfonctionnements du 737 MAX

Depuis maintenant un an, le constructeur américain enchaine les déconvenues suite à l'accident de deux de ses avions 737 MAX qui seraient liés à un dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS des appareils. Dans une décision inédite, l'avion-vedette du constructeur américain est interdit de vol depuis le 13 mars 2019.

►À lire aussi : 737 MAX : le patron de Boeing passé au gril du législateur américain

Les différentes enquêtes techniques et administratives ont mis en lumière de nombreux dysfonctionnement notamment dans le processus de certification ce qui éclabousse dans le même temps l'Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA).

Environ 9 milliards d'euros de pertes

Jusqu'à présent, Dennis Muilenburg s'était refusé à démissionner. Mais neuf mois après l'interdiction de vol, les autorités de sécurité aérienne n'ont toujours pas donné leur feu vert à la remise en service de l'appareil. Pire, Boeing a du annoncer le 16 décembre l'arrêt de la fabrication du 737 MAX.

Le groupe américain a perdu jusqu'à présent près de 9 milliards d'euros avec cette crise. Mais le préjudice financier pourrait beaucoup plus élevé d'après Yann Cochennec, journaliste spécialiste de l'aéronautique s'exprimant sur RFI. « Il est clair que la perte sur leur chiffre d’affaires est largement supérieure à 16 milliards de dollars, explique-t-il. Et l’arrêt de la production sur 2020 est une fonte supplémentaire. »

►À lire aussi : Nouveau revers pour l'américain Boeing après une mission ratée dans l’espace

En plus de ces pertes financières importantes, la capsule spatiale de Boeing, Starliner, sans équipage à bord, a atterri dimanche 22 décembre dans un désert de l'ouest des États-Unis, concluant sa mission d'essai en orbite sur un semi-échec alors qu'elle aurait dû s'amarrer à la Station spatiale internationale (ISS).

Le départ Denis Muilenburg a été décidé déjà depuis deux semaines par le conseil d'administration de Boeing. Les familles des 346 victimes de l'accident de Lion Air survenu fin octobre 2018 et celui d'Ethipian Airlines, le 10 mars, demandaient d’ailleurs son départ. L’ancien PDG avait suscité colère et indignation, refusant dans un premier temps toute forme d’excuse, refusant aussi d’admettre toute erreur, tout défaut de fabrication des 737 MAX, allant jusqu’à incriminer les pilotes.

Son rétropédalage avait ensuite été jugé maladroit, arrogant et sans empathie. Muilenburg lui écartait toute démission. Son père disait-il lui « avait appris à ne pas fuir ses responsabilités ». Mais la situation devenait intenable pour la réputation du groupe, persuadé que le régulateur américain, la FAA, autoriserait le 737 MAX, à revoler avant la fin de l'année.

Boeing a toujours été soutenu par la FAA et a cru que cela allait durer. Or, la FAA a besoin de se refaire une virginité et donc, pour cela, il faut montrer qu'ils y sont pour rien et que c'est le constructeur qui n'a pas joué le jeu, qui a pas coopéré à temps, qui a caché des documents etc...

 

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.