Accéder au contenu principal
Chili

Chili: en ce début d'année 2020, la mobilisation se poursuit à Santiago

Santiago du Chili, le 3 janvier 2020.
Santiago du Chili, le 3 janvier 2020. REUTERS/Ivan Alvarado

Près de deux mois et demi après le début d'un mouvement social d'ampleur inédite depuis la chute de Pinochet en 1990, les manifestants ont passé le réveillon sur la  Plaza Italia, où ils se rassemblent habituellement à Santiago. Vendredi 3 janvier 2020, ils étaient de nouveau plusieurs milliers sur leur « place de la dignité ».

Publicité

Avec notre correspondante à Santiago du Chili,  Justine Fontaine

Dans le centre de Santiago, ils sont encore des milliers vendredi soir à manifester pour plus de justice sociale. « On veut un pays nouveau, on se bat pour que le Chili soit un pays plus juste pour tous. C'est pour ça qu'on continue de se mobiliser, parce que pour l'instant, on n'a rien obtenu », confie Hector, la quarantaine.

Selon de nombreux manifestants, la seule chose qu'ils aient obtenue pour l'instant, c'est l'organisation d'un référendum en avril prochain, pour ou contre la rédaction d'une nouvelle Constitution. Ils espèrent qu'en 2020, le Chili abandonnera le texte actuel, en vigueur depuis la dictature du général Augusto Pinochet.

► À lire aussi : Le gouvernement chilien accuse les étrangers, les internautes ironisent

« J'espère vraiment que les gens vont aller voter, et j'espère que le gouvernement actuel s'en ira. Il y a eu trop de répression, ils nous ont éborgnés », dénonce Constanza Gajardo, professeure de mathématiques, qui pense notamment à deux manifestants ayant chacun perdu un œil pendant la nuit du réveillon.

Ces derniers avaient probablement reçu une bombe lacrymogène dans la tête de la part de la police. Au total, depuis le début des manifestations mi-octobre, plus de 350 personnes ont été gravement blessées aux yeux. Un record mondial en si peu de temps, d'après la société chilienne d'ophtalmologie.

L'église catholique de San Francisco de Borja, qui date de 1876 et qui est consacrée depuis quatre décennies aux services religieux de la police chilienne, a été incendiée vendredi à Santiago. Situé près de Plaza Italia, ce lieu de culte a été pris pour cible par un groupe d'hommes encagoulés. Ces derniers ont retiré des meubles de l'intérieur de l'édifice et mis le feu à d'importantes barricades à l'extérieur. Des individus se sont violemment confrontés à la police dans les alentours. La semaine dernière, le cinéma Arte Alameda avait également brûlé, comme les locaux d'une université dans les semaines précédentes.

L'église de San Francisco de Borja, à Santiago, le 3 janvier 2020.
L'église de San Francisco de Borja, à Santiago, le 3 janvier 2020. REUTERS/Ivan Alvarado

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.