Accéder au contenu principal
Transport / Boeing

Boeing 737 MAX: le sous-traitant Spirit Aerosystems va licencier 2800 employés

Des fuselages de Boeing 737 MAX produit par le sous-traitant Spirit Aerosystems et stockés à Wichita dans le Kansas le 17 décembre 2019.
Des fuselages de Boeing 737 MAX produit par le sous-traitant Spirit Aerosystems et stockés à Wichita dans le Kansas le 17 décembre 2019. REUTERS/Nick Oxford

Après dix mois d’interdiction de vol, un arrêt de la production depuis décembre et l’incertitude quant à son éventuelle reprise, c’est la chaîne de production des Boeing 737 MAX qui commence à trinquer. Spirit Aerosystems, le principal sous-traitant du constructeur, envisage le licenciement de plus de 15% de ses employés.

Publicité

Avec notre correspondant à San Francisco, Éric de Salve

Victime collatérale du désastre industriel que représente le Boeing 737 MAX, Spirit Aerosystems est le premier des 600 sous-traitants de l’avionneur américain à annoncer une vague massive de licenciements : 2 800 de ses employés vont perdre leur emploi.

Révélations accablantes

La compagnie était chargée de construire le fuselage du 737 MAX. Son chiffre d’affaires dépend à 50% de cette production et même si cette production reprenait, estime le sous-traitant, elle serait inférieure aux commandes passées avant les deux crashs qui ont coûté la vie à 346 passagers.

Dans le même temps, les révélations accablantes pour Boeing continuent. Ce vendredi des parlementaires enquêtant sur les failles du processus de certification de l’appareil ont dévoilé des courriels internes échangés au moment de ses tests.

« Cet avion a été conçu par des clowns qui sont eux-mêmes supervisés par des singes », dit un employé de Boeing. « Laisserais-tu ta famille monter dans un de ces avions en cours de test ? », questionne un autre. « Non » répond son collègue.

Amende de plus de 5 millions de dollars

Résultat, l’administration fédérale de l’aviation elle-même au cœur des critiques annonce envisager une amende de plus de 5 millions de dollars contre Boeing pour n’avoir rien fait pour empêcher le montage de composants défectueux sur ses avions. Dans ce contexte, l’avionneur a annoncé ce vendredi que son ancien PDG, licencié en décembre pour sa gestion jugée désastreuse de la crise, partira sans indemnités ni bonus.

Boeing arrête la fabrication du 737 MAX, son avion toujours interdit de vol

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.