Accéder au contenu principal
la revue de presse des Amériques

À la Une: Donald Trump embarrassé par les révélations de John Bolton

John Bolton, l'ancien conseiller à la sécurité nationale écoute le président américain Donald Trump s'adresser à la presse, le 13 mai 2019.
John Bolton, l'ancien conseiller à la sécurité nationale écoute le président américain Donald Trump s'adresser à la presse, le 13 mai 2019. Brendan Smialowski/AFP

Publicité

À l’instar du Washington Post, les quotidiens s’intéressent notamment à la défense du président. La défense qui tente de désamorcer la « bombe » que constituent, selon les démocrates, les révélations de l’ancien conseiller à la Maison Blanche John Bolton. Il affirme dans un livre à paraître prochainement que Donald Trump lui a confié en août ne pas vouloir débloquer l’aide militaire destinée à l’Ukraine sans enquête sur le candidat démocrate à la présidence Joe Biden et son fils. Des propos qui corroborent les accusations des démocrates. Selon le Washington Post, « Donald Trump et son équipe font tout ce qu’ils peuvent pour décrédibiliser John Bolton et tenter d’empêcher qu’il témoigne devant le Sénat ». S’ils réussissent, le procès en destitution se transformerait vraiment en farce, poursuit le journal. D’après le New York Times, les révélations de l’ancien conseiller de Donald Trump pourraient enterrer l’espoir des républicains d’une procédure rapide.

A lire aussi :
Impeachment: le livre de John Bolton met à mal la version de Trump

Une journaliste de la NPR « blacklistée » par le département d’État

Il s’agit de Michele Kelemen, la correspondante de la radio NPR auprès du département d’État américain. Elle a été exclue de l’avion de Mike Pompeo pour son prochain voyage qui doit l’amener, entre autres, en Ukraine. Cette interdiction intervient après un échange musclé entre le chef de la diplomatie américaine et une autre journaliste de cette même antenne. Il y a quelques jours, Mike Pompeo avait perdu son sang-froid après avoir été interviewé sur l’affaire ukrainienne. D’après la journaliste de NPR le secrétaire d’État lui a « crié dessus » après l’entretien pendant une dizaine de minutes, proférant de nombreuses insultes. Il était furieux d’être confronté au procès en destitution alors qu’il s’attendait uniquement à des questions sur l’Iran, a rapporté la journaliste. C’est à lire sur les sites de NPR et de la chaine CNN.

La politique d’immigration de Donald Trump décourage les juges

C’est un reportage à lire dans le Los Angeles Times.D’après le journal, les juges chargés des questions d’immigration sont de plus en de plus nombreux à démissionner ou à prendre leur retraite. Le Los Angeles Times cite l’exemple de Charles Honeyman, un juge du Texas. Proche de la retraite il s’était promis de continuer à travailler tant que Donald Trump occuperait la Maison Blanche. Mais la pression des autorités fédérales qui demandent d’appliquer des restrictions au droit d’asile et de traiter plus rapidement les dossiers ont provoqué des douleurs d’estomac chez lui. Après 24 ans passés dans les tribunaux, il a finalement décidé de prendre sa retraite. Charles Honeyman, un juif dont les grands-parents ont quitté l’Europe de l’Est pour émigrer aux États-Unis, a toujours eu de la sympathie pour les demandeurs d’asile. Mais cette sympathie n’est pas ce que demande l’administration Trump. Au contraire, selon le Los Angeles Times, elle pousse les juges à augmenter le nombre d’expulsions et à refuser les demandes d’asile.

Les violences de la police de Rio de Janeiro

C’est un nouveau record : la police de Rio de Janeiro a tué 1 810 personnes en 2019, soit 5 morts par jour. Par rapport aux habitants, ce chiffre est supérieur à celui des homicides volontaires à Sao Paulo, note la Folha de Sao Paulo. Donc par rapport à la population, la police de Rio tue plus que les bandits et les gangs à Sao Paulo. À eux seuls, les policiers sont responsables d’un tiers des morts violentes dans cette ville qui accueillera dans quelques semaines le fameux carnaval.

Haïti : À la Une d’Alterpresse

La crise politique qui perdure et la question de l’organisation d’élection qui divisent les acteurs politiques et responsables de la société civile. Gotson Pierre, rédacteur en chef d’Alterpresse, nous dit pourquoi.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.