Accéder au contenu principal
Pakistan / Inde

Entre l'Inde et le Pakistan, relance d'un fragile processus de paix

Le Premier ministre pakistanais Shah Mehmood Qureshi a reçu son homologue indien S.M. Krishna à Islamabad ce 15 juillet 2010.
Le Premier ministre pakistanais Shah Mehmood Qureshi a reçu son homologue indien S.M. Krishna à Islamabad ce 15 juillet 2010. Reuters/Adrees Latif

Les chefs de la diplomatie de l'Inde et du Pakistan se sont rencontrés ce 15 juillet 2010 à Islamabad pour une nouvelle série de pourparlers. C'est la première rencontre à haut niveau depuis les attaques de Bombay en novembre 2008 qui avaient fait 166 morts et qui avaient porté un coup d'arrêt au processus de normalisation entre les deux pays. A la veille de cette rencontre, l’Inde a fait des déclarations qui ne vont pas dans le sens d'un apaisement.

Publicité

Le numéro deux du ministère de l’Intérieur indien, G. K. Pillai a ouvertement accusé, hier mercredi 14 juillet 2010, les services secrets pakistanais « d’avoir littéralement contrôlé et coordonné l’attaque de Bombay, du début à la fin ».

Une accusation grave, qui avait jusqu’ici été sous-entendue, mais jamais exprimée de manière aussi explicite.

Il faut dire que New Delhi a récemment eu accès à un témoin clé, David Headley, un Américain d’origine pakistanaise, actuellement incarcéré aux Etats-Unis et qui a reconnu avoir participé à la préparation de ces attentats pour le compte du groupe islamiste Lashkar-e-taïba. David Headley a surtout donné de nombreux détails sur le fait que l’opération était coordonnée par les services pakistanais.

En arrivant à Islamabad hier, le ministre indien S.M. Krishna, a d’ailleurs immédiatement déclaré qu’il attendait des réponses face à ce qu’il a appelé « l’épreuve irréfutable de l’implication des services d’Islamabad dans le carnage de novembre 2008 ».

La rencontre avec son homologue s’annonce donc quelque peu tendue.

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.