Accéder au contenu principal
Japon / Nucléaire

Japon: la préfecture de Fukushima ne veut plus du nucléaire sur son territoire

La préfecture de Fukushima aimerait que la totalité des réacteurs du site soient fermés.
La préfecture de Fukushima aimerait que la totalité des réacteurs du site soient fermés. Reuters

La préfecture de Fukushima dans le nord-est du Japon a demandé, ce mercredi 30 novembre 2011, la fermeture définitive de tous les réacteurs nucléaires sur son territoire, autrement dit le démantèlement intégral des deux centrales de la compagnie d'électricité Tepco. Pour le moment, l’Etat et Tepco ne se sont engagés à démanteler que les réacteurs endommagés lors du tsunami.

Publicité

Hautement contaminée par les rejets radioactifs des centrales suite au séisme et au tsunami du 11 mars, Fukushima essaye depuis plusieurs mois de mettre sur pied un plan de reconstruction de la province. Et la mise hors service des deux centrales Fukushima Daichi et Fukushima Daini, situées sur son territoire et distantes d'une douzaine de kilomètres, fait partie de ce plan ambitieux visant à assainir au plus vite l'environnement.

Or sur les dix réacteurs que totalisent les deux sites, six sont toujours en activité. L'Etat a déjà annoncé le démantèlement des unités de Fukushima Daichi mais Tepco (Tokyo Electric Power) ne s'est engagé à n'en supprimer que quatre, précisément les quatre réacteurs déjà endommagés suite au séisme et au tsunami.

Après des mois de débat, la préfecture de Fukushima ne voit pas d'autre solution viable que la fermeture définitive des centrales. Cette région agricole totalement dévastée a été désertée par plus de 150 000 habitants. Au passage, Fukushima est disposée à perdre les aides habituellement accordées aux collectivités qui hébergent des installations nucléaires. Reste à savoir si le gouvernement japonais, et surtout Tepco, y seront favorables.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.