Accéder au contenu principal
Indonésie / Afghanistan / Australie

Des réfugiés afghans débarqués en Indonésie

Un officier indonésien négocie avec les demandeurs d'asile afghans, iraniens  et irakiens pour qu'ils quittent leur embarcation.
Un officier indonésien négocie avec les demandeurs d'asile afghans, iraniens et irakiens pour qu'ils quittent leur embarcation. REUTERS/Aulia Pratama

Les autorités indonésiennes ont choisi d'employer la force pour déloger un groupe de réfugiés afghans qui refusaient depuis deux jours de débarquer d'un tanker amarré dans un port à l'ouest de l'île de Java. Les demandeurs d'asile demandaient aux autorités indonésiennes de leur fournir un navire pour se rendre en Australie. Ils ont finalement été recueillis dans un hôtel de la ville indonesienne de Merak.

Publicité

Environ cent vingt réfugiés, pour la plupart des Afghans et quelques Iraniens - tous des hommes - dont une vingtaine de mineurs, ont tenté par tous les moyens de rester sur le tanker actuellement à quai en Indonésie.

Ce tanker qui battait pavillon singapourien les avait secourus en mer dimanche dans le détroit de Sunda, entre les îles de Java et de Sumatra, alors qu'ils se rendaient sur leur bateau de fortune vers l'île australienne Christmas située dans l'Océan indien.

Effrayés par l'idée de se retrouver dans un centre de détention, certains avaient choisi de s'enchaîner au bateau, d'autres se sont mutilés avec des barres de fer pour éviter d'être débarqués du tanker. Des négociations avec les services d'immigration devaient aboutir à leur transfert vers un hôtel et non une prison, et au dépôt rapide d'une demande d'asile.

La police a finalement décidé de les débarquer de force et de les transporter vers un hôtel de la ville de Merak non loin du port. Ils y seront logés pendant une semaine, mais on ignore leur sort au-delà de ce délai.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.