Accéder au contenu principal
Pakistan

Pakistan: une jeune trisomique sous les verrous pour blasphème

Un homme arbore le livre saint du Coran
Un homme arbore le livre saint du Coran Reuters

Une jeune chrétienne pakistanaise âgée d'une douzaine d'années et atteinte de trisomie 21 est en prison à Islamabad depuis le jeudi 16 août. Elle est accusée de blasphème contre l’islam. Elle aurait été vue en public brûlant des pages du Coran. Cette affaire devrait relancer le débat sur la montée de l’intolérance chez les musulmans.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Nadia Blétry

Une foule en colère s’est réunie pour demander que la petite Rimsha, accusée d’avoir brûlée des pages du Coran, soit punie.

La jeune chrétienne qui aurait entre 11 et 12 ans est atteinte de trisomie 21. Elle a été placée en garde à vue par la police dans la capitale et devrait comparaître à la fin du mois. De nombreux chrétiens qui vivaient dans son quartier ont choisi de quitter leur maison de peur des représailles.

Les chrétiens qui constituent environ 2% de la population pakistanaise majoritairement musulmane redoutent la loi sur le blasphème. Une loi dénoncée par les organisations des droits de l’homme et qui punit de mort quiconque est accusé d’avoir insulté le prophète et de prison à perpétuité ceux qui profanent le Coran.

Les minorités religieuses s’insurgent contre les fausses accusations de blasphème. Mais elles ne sont pas les seules victimes de cette loi. Tous ceux qui osent la dénoncer prennent aussi le risque de se voir menacer par les radicaux.

En janvier 2011, le gouverneur du Penjab, l’une des grandes figures de l’Etat, avait été assassiné par son propre garde du corps pour avoir questionné la légitimité de la loi. De même les parlementaires qui ont proposé un amendement du texte législatif se sont vus menacés de mort.

Depuis la création du pays en 1947, les autorités pakistanaises qui utilisent l’islam pour conforter leur pouvoir sont soumises à la pression des extrémistes. Le sort de la petite Rimsha, pourtant déficiente mentale, est donc très préoccupant.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.