Accéder au contenu principal
Indonésie

En Indonésie, Jakarta a vécu les pires inondations de ces dernières années

Des piétons tentent de traverser une rue dans le quartier d'affaires de Jakarta, le 17 janvier.
Des piétons tentent de traverser une rue dans le quartier d'affaires de Jakarta, le 17 janvier. REUTERS/Beawiharta

En Asie, la ville de Jakarta est sous les eaux. On dénombre de nombreux morts et 18 000 sans abri après de gigantesques inondations qui ont submergé une partie de la capitale du pays. La mégapole indonésienne est, une fois encore, victime de la saison des pluies : circulation bloquée, administrations fermées, jusqu'à 3 mètres d'eau dans certains quartiers. Parfois, l'alimentation électrique a fait défaut, des prisons ont été obligées de reloger leurs prisonniers... jusqu'au palais présidentiel qui a été inondé. Les habitants de Jakarta ont vécu les pires intempéries de ces cinq dernières années.

Publicité

Avec notre correspondant à Jakarta, Vincent Souriau

Le vaste boulevard situé en plein quartier d’affaires de Jakarta n’est plus qu’une immense piscine. Un régal pour les enfants des rues qui s’amusent en s’éclaboussant, mais beaucoup moins plaisant pour des employés qui, comme Dini, sont coincés depuis cinq heures sur le parking d’un centre commercial : « Je pensais que l’eau allait redescendre au bout d’une heure, mais en fait pas du tout. J’ai laissé ma voiture au sous-sol et maintenant je ne peux aller ni au bureau, ni chez moi. Je ne sais pas quoi faire ».

A la sortie des bureaux, on croise des messieurs très chics en costume trois pièces, mais pieds nus avec leurs chaussures à la main et l’air résigné : « Tous les ans, c’est pareil. On est inondés à cause des gens qui jettent leurs ordures n’importe où. Cela bloque les évacuations d’eau et on se retrouve coincés comme ça ».

Sur le côté de la rue, cinq bus publics sont à l’arrêt. Impossible de continuer le service car il y a trop d’eau dans les rues. Les passagers sont bloqués pour une durée indéterminée, prévient ce contrôleur : « On ne contrôle plus rien. C’est le blocage total. Les onze lignes de bus sont fermées et les passagers essayent de continuer à pied, mais c’est tellement inondé qu’ils ne peuvent pas bouger ».

Ce n’est qu’un début car de la pluie est encore prévue cette nuit. Les inondations devraient atteindre leur seuil maximal d’ici trois jours.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.