Accéder au contenu principal
France / Chine

Les centrales nucléaires chinoises bientôt à l'essai, une victoire pour Ayrault

Pour Jean-Marc Ayrault, le projet franco-chinois d'EPR est la preuve du potentiel économique entre les deux pays.
Pour Jean-Marc Ayrault, le projet franco-chinois d'EPR est la preuve du potentiel économique entre les deux pays. REUTERS/Mark Ralston

Jean-Marc Ayrault s'est rendu sur le site de la centrale de Taishan, en Chine, où deux réacteurs EPR sont en construction avec EDF. Il a une nouvelle fois plaidé pour le lancement de la construction de deux nouveaux réacteurs et la poursuite de la collaboration franco-chinoise dans le nucléaire civil.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Taishan, Valérie Gas

Taishan est le plus grand chantier nucléaire du monde. Un site en bord de mer au sud de la Chine, où deux réacteurs EPR, la technologie nucléaire la plus avancée, sont en construction. Ce site est le fruit d’une collaboration franco-chinoise entre EDF, Areva et leur partenaire local CGNPC.

Jean-Marc Ayrault y a fait le déplacement au cours de sa visite officielle en Chine. Le Premier ministre était accompagné du patron d’EDF Henri Proglio.

La mise en service des réacteurs est prévue pour 2015, mais la phase cruciale des premiers tests va commencer dès la fin 2013. Autant dire que ce projet industriel arrive à son aboutissement.

Désormais la question est de savoir si la Chine va poursuivre la collaboration à Taishan et engager la construction d’une nouvelle tranche de deux EPR supplémentaires.

Ce dossier a été l’une des priorités de Jean-Marc Ayrault en Chine. Il l’a évoqué durant tout son séjour, Taishan est la vitrine la plus prestigieuse du nucléaire français et de la collaboration franco-chinoise dans le nucléaire civil qui dure depuis trente ans, une collaboration que la France espère bien poursuivre.

Face au dôme des réacteurs nucléaires de Taishan, Jean-Marc Ayrault l’a redit, la France est prête. Elle attend désormais la décision des autorités chinoises, peut-être d’ici le printemps, et la visite du président chinois à Paris.

→ A (RE)LIRE : La France dénuclarise mais vend son savoir-faire à la Chine

Le site de la centrale EPR de Taishan 1, en travaux, dans la province du Guangdong (2010).
Le site de la centrale EPR de Taishan 1, en travaux, dans la province du Guangdong (2010). Qilai Shen/Getty

 

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.