Accéder au contenu principal
Chine

Manifestations à Hong Kong: l’exécutif accuse des forces «extérieures»

Des dizaines de policiers en tenue anti-émeutes ont chargé un groupe de manifestants dans le quartier de Mongkok, à Hong Kong.
Des dizaines de policiers en tenue anti-émeutes ont chargé un groupe de manifestants dans le quartier de Mongkok, à Hong Kong. REUTERS/Bobby Yip

De nouveaux heurts entre forces de l’ordre et manifestants ont éclaté dimanche 19 octobre à Hong Kong. Des dizaines de policiers en tenue anti-émeutes ont chargé un groupe de manifestants dans le quartier de Mongkok, l’un des trois sites occupés depuis maintenant quatre semaines par le mouvement pro-démocratie. La presse hongkongaise a par ailleurs condamné les violences policières de la veille qui ont fait une vingtaine de blessés parmi les manifestants. Les autorités accusent de leur côté des « forces extérieures » de manipuler le mouvement.

Publicité

Les autorités de Hong Kong promettent un nouveau round de négociations avec les étudiants mardi 21 octobre. Selon le numéro deux de l’exécutif, ces pourparlers seront diffusés en direct et se focaliseront sur la réforme constitutionnelle. Les manifestants demandent un scrutin libre et transparent pour élire leurs représentants, ce à quoi se refuse Pékin pour l’instant.

Dans une interview diffusée dimanche 19 octobre sur le site du gouvernement de Hong Kong, le chef de l’exécutif indique que le pouvoir central chinois a fait part de sa vive préoccupation tout en renouvelant sa confiance aux autorités locales. Pour Pékin comme pour le chef de l'exécutif, des organisations étrangères participent au mouvement. « Il y a forcément une participation de personnes et d’organisations qui ne sont pas de Hong Kong dans ces manifestations », a déclaré le chef de l’exécutif. « Ce n’est pas la première fois que ça arrive d’ailleurs. Des forces extérieures agissent depuis différentes parties du monde. Je ne peux pas rentrer dans les détails, mais ce n’est pas entièrement un mouvement local », a-t-il poursuivi.

Des forces hostiles venues de l’extérieur et accusées de manipuler les manifestants, l’argument n’est pas nouveau. Il semble en tous cas confirmer le peu de concessions auxquelles est prêt Pékin dans les négociations.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.