Accéder au contenu principal
Vietnam/Inde/Chine

L’Inde promet d’aider Hanoï à moderniser sa défense maritime

Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung (G.) et son homologue indien Narendra Modi (D.), à New Delhi, le 28 octobre 2014.
Le Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung (G.) et son homologue indien Narendra Modi (D.), à New Delhi, le 28 octobre 2014. REUTERS/Adnan Abidi

New Delhi promet de soutenir militairement Hanoï. La promesse a été faite ce mardi 28 octobre, au deuxième jour de la visite du Premier ministre vietnamien Nguyen Tan Dung en Inde. Le chef du gouvernement indien Narendra Modi s’est notamment engagé à vendre des navires-patrouilleurs au Vietnam.

Publicité

Le geste du gouvernement indien est destiné à contrer les ambitions de Pékin en mer de chine méridionale. Hanoï a désespérément besoin de renforcer ses défenses maritimes, et est prêt à jouer sur tous les tableaux pour y parvenir. Après la promesse américaine de lever l’embargo sur les armes, après les engagements pris par les Japonais, voici donc la main tendue des Indiens.

New Delhi annonce la vente de navires de patrouilles pour un montant de 100 millions de dollars. C’est pour l’instant la proposition la plus concrète, avec celle de Tokyo. Les Japonais se sont en effet engagés de leur côté à livrer 6 navires aux garde-côtes vietnamiens et aux agents de surveillance des pêches, d’ici à la fin de cette année. Ce nouveau geste intervient dans un contexte de tensions accrues avec Pékin.

Frontière maritime

Le gouvernement vietnamien a vu ainsi d’un très mauvais œil la construction récente d’une piste d’atterrissage sur un îlot inhabité de l’archipel des Paracels, les îles Hoang Sa en vietnamien (Xisha en mandarin), passées sous le contrôle de Pékin dans la bataille navale éclair du 19 janvier 1974. Le Vietnam ne craint pas les guerres sur son territoire, mais se méfie depuis des combats à sa frontière maritime. Les nationalistes commémorent ainsi chaque année la mort de marins vietnamiens dans l’attaque chinoise d’une île des Spratleys en 1988, alors contrôlée par le Vietnam.

Mais pas question de couper totalement les ponts avec le puissant voisin chinois. Le conseiller d’Etat, Yang Jiechi, était à Hanoï il y a deux jours. La Chine a prévenu qu’elle refusait toute ingérence dans ses relations avec le Vietnam.

→ À (RE)LIRE : Vietnam-Chine : pourquoi une telle rivalité?

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.