Accéder au contenu principal
kazakhstan / France

Hollande à Astana: l’extradition de l’oligarque Abliazov en suspens

Moukhtar Abliazov, ici en 2006 à Almaty, a été arrêté par la police française près de Cannes, le 31 juillet 2013.
Moukhtar Abliazov, ici en 2006 à Almaty, a été arrêté par la police française près de Cannes, le 31 juillet 2013. REUTERS/Vladimir Tretyakov

François Hollande est arrivé vendredi 5 décembre à Astana pour une visite officielle de 48 heures largement consacrée aux relations économiques entre la France et le Kazakhstan. Les défenseurs des droits de l’homme espèrent que la question sensible de répressions des voix discordantes seront aussi évoquées et en coulisses, François Hollande et son homologue Noursoultan Nazarbaïev évoqueront sans doute l’affaire Abliazov. L’oligarque, opposant au chef de l’Etat kazakh, emprisonné en France, est réclamé par le Kazakhstan qui veut le juger pour détournement de fonds.

Publicité

Moukhtar Abliazov est détenu en France depuis plus d'un an. L'ancien banquier avait été arrêté en juillet 2013 en France. Fin octobre, la cour d'appel de Lyon a autorisé son extradition vers la Russie qui, tout comme l'Ukraine et le Kazakhstan, l'accuse d'avoir détourné des milliards de dollars.

Mais l’oligarque est aussi un sérieux opposant à Noursoultan Nazarbaiev, ce qui lui vaut tous ces déboires, selon le réalisateur en exil Bulat Atabaev. « Abliazov est poursuivi, parce qu'il a crée une véritable opposition au Kazakhstan, explique à RFI Bulat Atabaev. Il est dangereux pour Nazarbaïev, parce que c'est le seul opposant qui serait en mesure de prendre sa place ».

Des agences de communication pour le « salir » 

La défense d’Abliazov s’est pourvue en cassation… En attendant, le pouvoir kazakh mène une véritable campagne de communication contre l’oligarque. En France, trois agences ont été chargées de créer une image négative d’Abliazov auprès des médias, selon Irina Petrushova, rédactrice en chef de l’hebdomadaire kazakh Respublika, qui vit aussi en exil. « Le but de cette campagne est d'obtenir l'extradition d'Abliazov. Il s'agit de salir sa réputation, de le présenter comme un escroc financier et tout ce qui concerne son activité politique, le fait qu'il est un opposant à Nazarbaïev, ça c’est complètement passé sous silence. Cette campagne est assez efficace » assure la journaliste.

Escroc ou dissident politique ? Ses soutiens en sont en tout cas persuadés : Abliazov pourrait faire l'objet de marchandages entre Astana et Paris.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.