Accéder au contenu principal
Pérou, ONU, Climat, Réchauffement climatique

Conférence de l’ONU sur le climat: «Il y a urgence à agir»

Une manifestation pour les droits de l'homme et l'environnement à Lima au Pérou, en marge de la 20e conférence de l’ONU sur le climat, le 6 décembre 2014.
Une manifestation pour les droits de l'homme et l'environnement à Lima au Pérou, en marge de la 20e conférence de l’ONU sur le climat, le 6 décembre 2014. REUTERS/Amazon Watch/Spectral Q

Alors que l’Organisation mondiale de la météorologie (OMM) annonce l’année 2014 comme probablement la plus chaude jamais enregistrée, la 20e conférence de l’ONU sur le climat (COP 20), qui a débuté le 1er décembre, se poursuit à Lima, au Pérou. Objectif : préparer un accord destiné à être signé à Paris fin 2015, pour anticiper et réduire le réchauffement climatique d’ici à la fin du siècle. Les négociateurs de 195 pays et des milliers d’experts entament donc lundi 8 décembre leur seconde semaine de travail.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Lima,  Agnès Rougier

« Il y a urgence à agir !» C’est sur cet appel de Christiana Figueres, responsable du climat à l’ONU, que la conférence a commencé. Mais mettre d’accord 195 pays autour d’un texte qui les engage est extrêmement difficile.

D’un côté, les pays développés et les pays émergents devront remplacer le pétrole et le charbon par des énergies renouvelables, tout en progressant en efficacité énergétique. De l’autre, l’augmentation de la température provoque déjà des dégâts et les pays les plus vulnérables sont les pays en développement, qui vont devoir s’adapter rapidement.

Le financement, question épineuse

Il est donc beaucoup question de moyens et de financements à Lima. Et c’est là que les choses se compliquent. Les pays développés ne veulent pas payer l’intégralité de la facture, et en particulier s’engager pour après 2020. Mais les pays les plus vulnérables, qui émettent peu de gaz à effet de serre, veulent être aidés financièrement à s’adapter.

Le texte de Lima devra donc proposer un accord qui définisse les engagements des pays, avant et après 2020, tout en créant un cadre de comparaison et d’évaluation, impliquant une transparence qui, jusqu’ici, n’existe pas.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.