Accéder au contenu principal

Bangladesh: une marée noire se répand dans une région protégée

Un pétrolier a sombré après un accident avec un autre bateau, le 9 décembre, dans la région des Sundarbans, sur la rivière Shela.
Un pétrolier a sombré après un accident avec un autre bateau, le 9 décembre, dans la région des Sundarbans, sur la rivière Shela. AFP PHOTO/FILES

Près d'une semaine après le naufrage d'un pétrolier, entré en collision avec un autre vaisseau dans une rivière au Bangladesh, les autorités peinent à contenir la marée noire qui menace les Sunderbans. Plus de 350 000 litres de pétrole se sont déversés sur des dizaines de kilomètres dans cette région, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi,  Antoine Guinard

Ce sont les habitants de la région eux-mêmes, munis de récipients, d'éponges ou de filets de pêche, à bord d'une centaine d'embarcations, qui s'activent pour empêcher que le pétrole gagne du terrain dans les Sunderbans ces derniers jours. De leur propre aveu, les autorités bangladaises sont mal préparées à un scénario qu'elles n'ont pas hésité à qualifier de « catastrophe sans précédent ».

La marée noire s'étendrait à présent sur 350 kilomètres carrés de cette région, vaste réseau de rivières, de canaux et de mangrove qui abrite des milliers d'espèces menacées, dont le tigre du Bengale. Les écologistes s'inquiètent particulièrement pour les espèces aquatiques, comme les dauphins d'eau douce, pour qui les Sunderbans sont officiellement une réserve protégée depuis 2011.

Malgré ce statut, cette région unique reste une zone de passage cruciale pour les navires marchands à destination du port de Chittagong, un des centres économiques du pays. Certains membres du gouvernement ont proposé dimanche 14 décembre de prolonger l'interdiction des cargos sur la rivière où a eu lieu le naufrage. Mais ils se sont heurtés à l'opposition du ministre de la Marine marchande, qui a mis en garde contre les conséquences économiques d'une telle décision.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.