Accéder au contenu principal

Massacre d'élèves au Pakistan: des «actes atroces et lâches»

La mère de Mohammed Ali Khan, 15 ans, pleure la mort de son fils, tué dans une attaque particulièrement sauvage des talibans pakistanais, le 16 décembre 2014, à Peshawar.
La mère de Mohammed Ali Khan, 15 ans, pleure la mort de son fils, tué dans une attaque particulièrement sauvage des talibans pakistanais, le 16 décembre 2014, à Peshawar. REUTERS/Zohra Bensemra

Le Pakistan vient de vivre la pire attaque terroriste de son histoire. Six talibans ont pénétré dans une école de Peshawar pour commettre un attentat en représailles aux actions menées par les forces militaires contre leur mouvement. Le dernier bilan établi par les autorités pakistanaises s'élève à 141 morts, dont une grosse majorité d'enfants.

Publicité

C'est l'attaque terroriste la plus sanglante de l'histoire du pays. 141 morts, dont une centaine d'élèves, et 122 blessés : le bilan de l'attaque des talibans contre une école de Peshawar est toujours provisoire. Il a fallu plus de sept heures aux forces de sécurité pour reprendre le contrôle de l'établissement. Après avoir fait irruption dans les salles de classe et tiré sur les élèves, les six assaillants se sont retranchés dans un des bâtiments. Ils ont tous été tués ont indiqué les autorités. Le mouvement des talibans pakistanais a revendiqué l'attaque, menée en représailles à l'opération militaire qui les vise depuis juin dernier dans leur bastion du Waziristan voisin. L'école visée était en effet dirigée par l'armée et abritait de nombreux enfants de militaires.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a fermement condamné « cette attaque dans les termes les plus sévères possible. Aucune cause ne peut justifier une telle brutalité. Aucune doléance ne peut justifier ces horreurs ». « C'est un acte odieux et lâche que d'attaquer des enfants sans défense alors qu'ils sont en train d'étudier », a déclaré le secrétaire général avant le début d'une réunion du Conseil de sécurité. « Les écoles doivent être des lieux où l'on puisse apprendre en toute sécurité. Chaque enfant à droit à une éducation, et aller à l'école ne devrait pas être un acte de bravoure », a-t-il ajouté.

Autre réaction, celle de l'adolescente pakistanaise Malala Yousafzaï. L'icône mondiale du combat pour l'éducation des filles et prix Nobel de la paix a dénoncé mardi les « actes atroces et lâches ».

« J'ai le coeur brisé par cet acte de terreur insensé commis de sang-froid à Peshawar » et « comme des millions d'autres à travers le monde, je pleure ces enfants, mes frères et soeurs », a ajouté Malala, originaire elle-même du nord-ouest du Pakistan victime en 9 octobre 2012 d'un attentat taliban qui visait son car scolaire dans sa vallée natale de Swat. « Une telle horreur ne devrait pas frapper des enfants innocents dans leur
école
[...] Mais nous ne serons jamais vaincus », a martelé Malala.

De son côté, le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al-Hussein, a condamné un « extrémisme sauvage ».

« En visant des élèves et des enseignants dans cette attaque odieuse, les terroristes ont une nouvelle fois montré leur dépravation », a pour sa part déclaré Barack Obama dans un communiqué.

François Hollande a également dénoncé « l'ignoble attaque [...] Aucun mot ne peut qualifier l'abjection d'une telle attaque contre des enfants dans leur école », a déclaré dans un communiqué le président Hollande.

Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif s'est rendu sur place et a affirmé que la guerre contre le terrorisme se poursuivrait jusqu'à son éradication totale, et qu'elle serait menée en coopération avec l'Afghanistan.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.