Accéder au contenu principal
Australie / Terrorisme

L'Australie en état d'alerte maximale après la prise d'otages à Sydney

Le Premier ministre australien Tony Abbott  a déclaré qu'un attentat terroriste était « probable ».
Le Premier ministre australien Tony Abbott a déclaré qu'un attentat terroriste était « probable ». REUTERS

En Australie, une semaine après la prise d'otages de Sydney, le Premier ministre Tony Abbott met en garde les Australiens ce mercredi 24 décembre sur le fait qu’une attaque terroriste est « probable ». Il leur demande d'être très vigilants en cette période de fêtes de fin d'années et de grands rendez-vous sportifs. En coulisses, la police et les services secrets australiens sont en état d'alerte maximale. Ils ont arrêtés deux terroristes présumés en début de semaine.

Publicité

La police a découvert des documents chez l'un des deux hommes arrêtés, Souleyman Khalid, qui prouveraient son intention d'attaquer des bâtiments du gouvernement à Sydney. Rien n'indique que cet attentat était imminent mais ces arrestations prouvent que la menace est concrète. Pour la première fois, Tony Abbott, le Premier ministre, a utilisé des mots très forts pour mettre en garde les Australiens : « Il y a des gens qui sont prêts à nous faire du mal et qui ont les moyens de nous faire du mal », relate notre correspondante à Melbourne, Camille Lafargue. Le deuxième homme arrêté en même temps que Souleyman Khalid est accusé d'avoir enfreint une injonction de justice en passant des appels téléphoniques non autorisés.

La sécurité renforcée

Les deux hommes restent en détention, ils repasseront devant la justice au mois de février. La police a précisé que depuis le début de l’opération antiterroriste commencée en septembre 2014, onze personnes ont été arrêtées et inculpées. Le groupe visé serait constitué d’une vingtaine de personnes, soupçonnées de préparer un attentat sur le sol australien et de sympathies avec l’organisation Etat islamique.

Le gouvernement a décidé de maintenir l'alerte au niveau 3, l’avant-dernier sur une échelle de 4. Ce qui signifie qu'un attentat est « probable ». L’Australie est passée au niveau 3 en septembre 2014 quand la police a opéré à un vaste coup de filet à Brisbane et à Sydney. Quinze terroristes présumés ont été mis en examen lors de cette opération. Parmi eux, des hommes qui projetaient d'assassiner des Australiens, sur le modèle des exécutions des otages occidentaux en Syrie.

La prise d'otages de Sydney dans tous les esprits

Selon le Comité de la sécurité nationale, les communications se sont intensifiées au sein des réseaux terroristes australiens depuis la prise d'otages de Martin Place. Et cette tragédie pourrait pousser des sympathisants de l'organistion Etat islamique (EI) à passer à l'acte, a expliqué Tony Abbott. Même si, et c'est là toute l'ambigüité, le preneur d'otages, Man Haron Monis, n'était pas un terroriste. Il a certes réclamé un drapeau de l'EI mais la police australienne l'a toujours présenté comme un déséquilibré, un tireur isolé. Quant aux experts de la lutte antiterroriste, ils estiment qu'il ne faut pas servir la propagande de Daech en lui attribuant cette prise d'otages.

En revanche, la presse populaire ne fait pas dans la nuance et parle bien du « terroriste » Man Haron Monis. Cela relève une certaine naïveté, c'est une situation nouvelle pour l’Australie où il n'y a encore jamais eu d'attentats terroristes. Mais en s'engageant avec la coalition en Irak, l'Australie est devenue une cible bien réelle.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.