Accéder au contenu principal
Inde

Des groupes hindouistes soupçonnés de conversions forcées en Inde

Le leader nationaliste hindouiste Narendra Modi (au centre) sur les bords du Gange à Varanasi alors que son parti vient de remporter les élections, le 16 mai 2014.
Le leader nationaliste hindouiste Narendra Modi (au centre) sur les bords du Gange à Varanasi alors que son parti vient de remporter les élections, le 16 mai 2014. Reuters/Pawan Kumar

En Inde, un grand rassemblement a été organisé le jour de Noël dans le cœur de New Delhi par une organisation hindouiste connue pour sa propagation active de la religion. Cet événement survient au moment où les cas de conversions dites forcées ou frauduleuses agitent le pays.

Publicité

Avec notre correspondant à New Delhi,  Antoine Guinard

Familles, écoliers, hommes et femmes membres de diverses organisations hindouistes, ils étaient plusieurs milliers à venir assister au rassemblement de l'Arya Samaj dans le centre de New Delhi ce jeudi 25 décembre.

Cette organisation hindouiste commémorait l'anniversaire de la mort d'un de ses leaders historiques. Il était à l'origine d'une vague de conversions de chrétiens et de musulmans dans les années 20. La tenue de cette cérémonie, qui s'est déroulée sans heurts, avait été critiquée dans les médias indiens qui ont fait état de plusieurs cas de conversions forcées ces dernières semaines dans le pays.

Amit Sharma, membre de l'Arya Samaj et présent au rassemblement, nie cependant toute volonté de prosélytisme : « On ne force personne. N'importe qui, qu'il soit musulman ou chrétien, peut se convertir à l'hindouisme s'il le souhaite. Ca dépend simplement d'eux, et ils sont les bienvenus. »

Plusieurs autres organisations hindouistes sont toutefois soupçonnées d'avoir récemment converti des dizaines de personnes de manière frauduleuse. Dans la ville d'Agra, une centaine de musulmans estiment avoir été dupés, le 8 décembre dernier. La polémique est remontée jusqu'au Parlement. Les députés de l'opposition accusent le Premier ministre Narendra Modi de laisser le champ libre à la droite hindouiste, la famille politique dont il est issu.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.