Accéder au contenu principal
Indonésie

La mauvaise météo à l'origine du crash du vol d'AirAsia

Les équipes techniques chargées de l'enquête sur les causes de l'accident remontent à bord d'un navire de la marine indonésienne des restes du vol QZ8501 d'AirAsia, le 3 janvier
Les équipes techniques chargées de l'enquête sur les causes de l'accident remontent à bord d'un navire de la marine indonésienne des restes du vol QZ8501 d'AirAsia, le 3 janvier REUTERS/Adek Berry/Pool

Ce sont de mauvaises conditions météorologiques qui sont à l’origine de l’accident de l’Airbus d'AirAsia il y a une semaine. C'est ce qu'indique l'agence météorologique indonésienne. Le vol QZ8501 s'est abimé en mer de Java avec 162 personnes à bord alors qu’il effectuait la liaison Surabaya – Singapour. Les mauvaises conditions météo freinent aussi le travail des enquêteurs.

Publicité

Avec notre correspondante à Jakarta, Marie Dhumières

Les recherches des plongeurs sont à nouveau interrompues : selon le chef des opérations, la visibilité sous l’eau et mauvaise et les conditions de sécurité ne sont pas réunies. Des véhicules sous-marins télécommandés déployés dans la zone de recherche essaient toujours de récupérer des images des parties de l’avion détectées à 30 m de profondeur. Un nouveau morceau de la carlingue d'une dizaine de mètres de long -le cinquième- a été repéré.

Les autorités indonésiennes se sont par ailleurs exprimées pour la première fois sur les causes possibles de l’accident. Le mauvais temps aurait été un facteur déterminant. Selon un rapport de l’agence météorologique du pays, il semblerait que l’avion se soit retrouvé piégé dans des conditions météo extrêmes, en particulier du givre, qui, selon l’agence aurait pu endommager des moteurs de l’appareil.

Pour les experts le fait que les corps retrouvés pour l’instant sont intacts montre aussi que l’appareil n’a pas explosé en vol et que l’avion a probablement touché la mer en une seule pièce. Un nouveau corps a d’ailleurs été retrouvé ce dimanche, le premier depuis vendredi, ce qui porte à 31 le nombre de victimes retrouvées. Les réponses viendront des boîtes noires, qui n’ont pour l’instant toujours pas été retrouvées par les équipes de recherche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.