Accéder au contenu principal
Pakistan

Pakistan: violente manifestation contre Charlie Hebdo à Karachi

Des milliers de manifestants s'étaient réunis devant le consulat français à Karachi pour protester contre la publication d'une nouvelle caricature de Mahomet par Charlie Hebdo. La manifestation a tourné à la confrontation.
Des milliers de manifestants s'étaient réunis devant le consulat français à Karachi pour protester contre la publication d'une nouvelle caricature de Mahomet par Charlie Hebdo. La manifestation a tourné à la confrontation. REUTERS/Akhtar Soomro

Une violente manifestation anti-Charlie Hebdo a fait deux blessés au Pakistan, dont un photographe de l’AFP. Ce dernier couvrait les affrontements entre les forces de l’ordre et les manifestants, venus exprimer leur colère contre la publication de nouvelles caricatures de Mahomet.

Publicité

Avec notre correspondante à Islamabad, Gaëlle Lussiaà-Berdou

Plusieurs groupes islamistes pakistanais avaient appelé leurs partisans à descendre dans la rue ce vendredi, après la traditionnelle prière de l’après-midi, pour condamner la parution du dernier numéro de Charlie Hebdo. À Karachi, quelques centaines de personnes ont répondu à l’appel. Certains ont voulu marcher jusqu’au consulat de France et des heurts ont éclaté quand la police a voulu les en empêcher à coups de canons à eau et de tirs de sommation.

Comme ailleurs dans le monde musulman, la Une de l’hebdomadaire satirique publié il y a deux jours, avec sa caricature de Mahomet, a provoqué l’ire des Pakistanais. Jeudi, le Parlement avait adopté à l’unanimité une résolution condamnant la publication de ce dessin, estimant que la liberté d’expression ne doit pas servir à heurter les croyances religieuses.

Le blasphème est sévèrement puni au Pakistan. Insulter le prophète Mahomet y est passible de la peine de mort.

Mardi, une cinquantaine de manifestants s’étaient aussi rassemblés à Peshawar pour rendre hommage aux auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo. Des « héros », « morts en martyrs » pour « faire cesser le blasphème », selon eux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.