Accéder au contenu principal
Australie

Australie: Adam Goodes, symbole du racisme contre les Aborigènes

Le joueur de footy et activiste aborigène Adam Goodes, le 24 avril 2015.
Le joueur de footy et activiste aborigène Adam Goodes, le 24 avril 2015. REUTERS/Jason Reed

En Australie, la grande star du football local, le footy, est la cible de violentes attaques racistes. Adam Goodes est un joueur aborigène et est devenu en quelques jours le symbole d'un malaise national. Le passé colonial de l'Australie refait surface et le « dossier Goodes » est devenu une affaire d'Etat.

Publicité

De notre correspondante à Melbourne,

Le milieu de terrain des Sydney Swans est régulièrement hué par le public. Tout a commencé lors d'un match en mai 2013. Dans les tribunes, une petite fille de 13 ans a traité plusieurs fois Adam Goodes de « singe ». La petite a été expulsée du stade. Et depuis, à chaque match, les choses se sont envenimées. Adam Goodes subit les cris et les sifflets du public. Le joueur a décidé de commencer à répondre aux supporters : il exécute notamment une petite danse guerrière aborigène où il fait mine de jeter une lance sur le public, à chaque fois qu’il marque un but. Dimanche dernier, après un énième match durant lequel la foule l'a hué, il a craqué, et dénoncé l'attitude des supporters. Sa déclaration a déclenché un débat - intense - sur le racisme en Australie.

Ce n'est pas un hasard si les attaques se concentrent sur Adam Goodes alors qu'il y a d'autres joueurs aborigènes. Il est très charismatique, c'est un porte-parole de la cause aborigène. Il a même été nommé Australien de l'année en 2014. Peu après, il avait déclaré qu'il avait « honte d'être Australien » après avoir visionné un documentaire qui montre la vie dans les communautés aborigènes, comparables à celles du tiers-monde.

Un référendum ?

Malgré cela, certains commentateurs sportifs et joueurs continuent de dire que les attaques contre Adam Goodes n'ont rien de racistes. Selon eux, si les supporters le huent, c'est tout simplement parce qu'ils n'aiment pas l'homme, et non parce qu'il est aborigène. Le Premier ministre, Tony Abbott, demande aux Australiens de traiter le joueur avec respect, « même si vous n'êtes pas d'accord avec tout ce qu'Adam Goodes dit ». Ecœuré, Adam Goodes a décidé de ne pas jouer pendant quelques jours. Il pourrait même prendre sa retraite définitive. Mais le ministre fédéral des Affaires indigènes, Nigel Scullion, lui a demandé de tenir bon : « Je suis très préoccupé par cette situation, c'est terrible pour le sport, mais surtout, terrible pour l'Australie. »

Ce débat éclate alors que le gouvernement envisage d'organiser un référendum sur la reconnaissance des Aborigènes dans la Constitution car il n'est nulle part question des Aborigènes dans la Constitution australienne actuelle. Adam Goodes milite pour cette reconnaissance des premiers Australiens.

Certains observateurs estiment que c'est aussi pour cela qu'il se fait huer si fort dans les stades de footy. Quoi qu'il en soit, le Premier ministre, Tony Abbott, aimerait programmer le référendum pour 2017, mais la décision n'est pas encore prise. Plusieurs députés de la majorité craignent une défaite et lui demandent d'attendre que les Australiens soient prêts. Il y a effectivement encore beaucoup de résistance dans la société australienne, comme le montre les réactions des supporters de footy face à Adam Goodes.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.