Accéder au contenu principal
Thaïlande

Thaïlande: vague de protestation contre le régime militaire

Des centaines de personnes se sont rassemblées, le 19 septembre 2015, à Bangkok pour protester contre la junte militaire au pouvoir.
Des centaines de personnes se sont rassemblées, le 19 septembre 2015, à Bangkok pour protester contre la junte militaire au pouvoir. AFP PHOTO / Christophe ARCHAMBAULT

Pour la première fois depuis plus d’un an, une manifestation de plusieurs centaines de personnes contre le régime militaire s’est tenue samedi en Thaïlande. Le mouvement de protestation était d’ampleur limitée, cette marche dans le centre de Bangkok a une forte valeur symbolique. Elle intervient à un moment où la junte au pouvoir durcit la répression.

Publicité

Avec notre correspondant à BangkokArnaud Dubus.

Cette marche était organisée à l'occasion du neuvième anniversaire du coup d’Etat de 2006, celui qui avait renversé le gouvernement de Thaksin Shinawatra et propulsé la Thaïlande dans une longue crise politique qui dure encore. En fin d’après-midi, environ 500 personnes occupaient le monument de la démocratie, un lieu symbolique de protestation dans le vieux quartier de Bangkok.

La police a vaguement tenté de bloquer les manifestants, mais sans grande conviction. Le chef de la junte Prayuth Chan-ocha doit se rendre dans quelques jours à l’assemblée générale des Nations unies, à New York.

« A bas la dictature »

Les manifestants brandissaient des slogans, tels que « Rendez le pouvoir au peuple » ou « A bas la dictature » dénonçant le régime. Cette marche qui avait démarré à l’université Thammasat, un cénacle de la contestation anti-militaire, témoigne surtout de ce que la résistance au coup d’Etat reste vive dans certaines poches de la société thaïlandaise, notamment dans les milieux étudiants.

La manifestation intervient après qu’un journaliste et deux hommes politiques ont été détenus pendant plusieurs jours dans un camp militaire. Ils ont été libérés mardi, mais tout indique que la junte, qui prévoit de rester au pouvoir au moins jusqu’à la mi-2017, a décidé de restreindre encore plus les libertés publiques.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.