Accéder au contenu principal
Népal

Népal: manifestations meurtrières contre le nouveau découpage du pays

Des manifestants massociés aux Madhesis manifestent contre le projet de Constitution à Katmandou, le 19 septembre.
Des manifestants massociés aux Madhesis manifestent contre le projet de Constitution à Katmandou, le 19 septembre. REUTERS/Navesh Chitrakar

Au bout de sept ans de négociations et de paralysie, et l'élection de deux Assemblées constituantes, le Népal promulgue dimanche sa nouvelle Constitution. L'ancienne monarchie déchirée par des années de guerre avec la rébellion maoïste devient une République fédérale de sept Etats régionaux. Cette République à majorité hindoue restera laïque, mais un groupe important vivant dans les plaines, les Madhesis, ont violemment protesté contre le découpage de ces régions dans des affrontements qui ont causé plusieurs dizaines de morts ces derniers jours.

Publicité

Avec notre correspondant régional, Sébastien Farcis

Les Madhesis habitent dans les plaines du sud du pays. Ils sont ethniquement proches des Indiens, et non des peuples des montagnes, comme la majorité des Népalais. Cela a créé une première méfiance et discrimination de la part de l'élite politique de Katmandou. Une méfiance renforcée par le fait qu'ils sont au rang le plus bas dans le système des castes.

Les Madhesis constituent aujourd'hui 22% de la population, mais leur région est délaissée. C'est la raison pour laquelle ils se battent depuis des années pour avoir un Etat fédéral propre, comme l'explique Prabhat Jha, un journaliste madhesi :

« Notre région est frontalière avec l'Inde. Cette plaine comprend donc beaucoup de commerce et l'essentiel des industries. Tout cela crée beaucoup de revenus pour le pays. Mais cet argent ne revient pas pour développer la région. Il est difficile pour les Madhesis d'étudier dans leur langue maternelle, et ils sont donc peu scolarisés. Il y a un tel niveau de discrimination et le pouvoir est tellement monopolisé par quelques castes, qu'un Etat régional à nous est nécessaire. »

Beaucoup d'autres groupes ethniques ont manifesté ces derniers jours contre ce découpage des régions et demandé de meilleures représentations. Un droit qu'ils revendiquent depuis le début de l'Assemblée constituante, il y a sept ans. Leur frustration pourrait nourrir une dangereuse instabilité dans la nouvelle République népalaise.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.