Accéder au contenu principal
Philippines

Sécheresse aux Philippines: la police ouvre le feu et tue deux manifestants

Des fermiers philippins photographiés le 27 mars 2016 à Mogpog.
Des fermiers philippins photographiés le 27 mars 2016 à Mogpog. REUTERS/Erik De Castro

La police des Philippines a ouvert le feu, vendredi 1er avril, sur des milliers d'agriculteurs qui bloquaient une autoroute dans le sud de l'archipel. Ces derniers réclament du riz et un soutien du gouvernement face à la terrible sécheresse due au phénomène El Niño, qui décime leurs exploitations. Deux agriculteurs ont été tués et plusieurs autres blessés.

Publicité

Avec notre correspondant à Manille,  Gabriel Kahn

Les affrontements entre manifestants et policiers ont été très violents. En témoignent les nombreux cailloux et les taches de sang encore visibles sur l'autoroute qui relie Cotabato à Davao, dans le sud de l'archipel.

Les manifestants bloquaient cette autoroute depuis mercredi. Ils réclamaient des sacs de riz et une aide financière de l'Etat pour les aider à survivre jusqu'à l'arrivée des pluies.

Ils ont été dispersés par la police, qui a ouvert le feu vendredi et tué au moins deux personnes. Plusieurs organisateurs présumés de cette manifestation ont été arrêtés.

Selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, près d'un quart des Philippines a été touché par la sécheresse depuis le mois de janvier. Une sécheresse entraînée par le Phénomène El Niño, les eaux du Pacifique étant inhabituellement chaudes pour cette période de l'année.

El Niño a été particulièrement destructeur dans l'île de Mindanao, grenier des Philippines, qui représente près de la moitié de l'approvisionnement alimentaire du pays. L'organe de coordination de l'aide d'urgence des Nations unies estime que plus de 27 300 agriculteurs de l'île sont touchés par la sécheresse et la prolifération des rats. Les cultures de riz et de maïs ont été dévastées.

Cependant, l'aide promise par le gouvernement a été distribuée au compte-gouttes, et la plupart des agriculteurs sont livrés à eux-mêmes pour survivre. Tous les candidats à l'élection présidentielle du mois prochain ont dénoncé cette tuerie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.