Accéder au contenu principal
Australie / Turquie

Le jihadiste australien Neil Prakash est vivant et en Turquie

Connu sous le surnom d'Abou Khaled al-Cambodi, Prakash se serait trouvé sur une liste de recruteurs importants de l'EI.
Connu sous le surnom d'Abou Khaled al-Cambodi, Prakash se serait trouvé sur une liste de recruteurs importants de l'EI. ALBARAKA NEWS / AFP

Pour Canberra, Neil Prakash, le jihadiste le plus connu d'Australie, a été tué en mai dernier dans un bombardement à Mossoul, en Irak. Mais l’Australien, présenté comme un recruteur de l’EI, est en fait vivant, il a survécu et serait aujourd’hui dans les geôles turques. Canberra a demandé à Ankara son extradition.

Publicité

C’est le New York Times qui le premier a estimé jeudi dernier que Neil Prakash était toujours vivant, qu’il avait certes été blessé lors du bombardement de Mossoul, il y a un an et demi, mais qu’il avait survécu.

Canberra a alors embrayé samedi en annonçant l’arrestation par les autorités turques « d’un individu que nous pensons être Neil Prakash ». L’homme était entré en Turquie par la frontière syrienne, voyageait avec de faux papiers et tentait de se rendre en Irak.

Au moment de sa mort supposée, Neil Prakash était considéré par le Premier ministre Malcolm Turnbull comme le principal agent australien de l’organisation Etat islamique (EI).

Ce bouddhiste originaire du Cambodge et des îles Fidji, converti à l’islam en 2012, est apparu dans plusieurs vidéos de propagande de l’EI. Il aurait été selon Canberra un recruteur de première catégorie, membre d’une cellule anglophone chargée de radicaliser des Occidentaux sur internet et les encourager à mener des attaques. C’est à ce titre qu’il figurait, selon le New York Times, sur une liste de cibles pour les drones américains en Irak.

Canberra estime que Neil Prakash est lié à un Australien de 18 ans, tué après avoir poignardé deux policiers à Melbourne en 2014, et à un projet manqué de décapitation d’un policier, toujours à Melbourne, en 2015. Le gouvernement australien a demandé son extradition à la Turquie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.