Accéder au contenu principal
Chine / Sao Tomé

La Chine renoue ses relations diplomatiques avec Sao Tomé et Principe

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue Urbino Botelho ont signé un communiqué commun sur l'établissement des relations diplomatiques à Pékin, ce lundi 26 décembre.
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue Urbino Botelho ont signé un communiqué commun sur l'établissement des relations diplomatiques à Pékin, ce lundi 26 décembre. China Daily/via REUTERS

La Chine a officiellement établi ce lundi 26 décembre des relations diplomatiques avec Sao Tomé, une semaine après avoir arraché l'île africaine au club des rares Etats du monde qui reconnaissent le gouvernement rival de Taïwan.

Publicité

Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi et son homologue Urbino Botelho ont signé un communiqué commun sur l'établissement des relations diplomatiques lors d'une cérémonie à Pékin devant la presse, ce lundi 26 décembre.

Cette signature intervient 6 jours après l’annonce de la rupture des relations entre Sao Tomé et Principe (200 000 habitants) et Taïwan. Il n’y a désormais plus que 21 Etats à entretenir des relations avec Taïwan, dont le Vatican et deux pays africains, le Swaziland et le Burkina Faso. Les autres sont des petits pays d'Amérique centrale, des Caraïbes ou du Pacifique.

Aide financière « astronomique »

A Taïpei, le ministre des Affaires étrangères David Lee avait expliqué que Sao Tomé et Principe exigeait une aide financière « astronomique » en échange du maintien des liens diplomatiques. Taïwan, officiellement dénommé « République de Chine », est politiquement séparé de la République populaire de Chine depuis la prise du pouvoir par les communistes à Pékin en 1949. Au nom du « principe de la Chine unique », Pékin interdit à ses partenaires d'entretenir des relations diplomatiques avec l'île, qu'il considère comme une de ses provinces destinée à retourner dans son giron.

Le futur président américain Donald Trump avait suscité l'inquiétude à Pékin courant décembre en laissant entendre qu'il ne se sentait pas lié par le principe de la Chine unique.

(avec AFP)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.