Accéder au contenu principal
Thaïlande

La Thaïlande demande à Zuckerberg de bloquer 600 pages Facebook

A la demande de la junte, les fournisseurs d'accès internet ont adressé un courrier à Mark Zuckerberg, le patron de Facebook.
A la demande de la junte, les fournisseurs d'accès internet ont adressé un courrier à Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. REUTERS/Stephen Lam

En Thaïlande, les fournisseurs d’accès internet ont envoyé un courriel personnel à Mark Zuckerberg, fondateur et PDG de Facebook, pour qu’il fasse bloquer 600 pages de son réseau social considérées comme controversées. Ces fournisseurs d’accès ont agi à la demande la junte au pouvoir à Bangkok. Les pages en question sont jugées diffamatoires envers la monarchie thaïlandaise et envers le nouveau roi Maha Vajiralongkorn.

Publicité

De notre correspondant à Bangkok,

Le gouvernement militaire thaïlandais considère que ces pages donnent une image négative du nouveau roi thaïlandais. Il y a par exemple des vidéos le montrant en Allemagne où il vit la plupart du temps. Impossible néanmoins d’être trop précis, car ce serait considéré comme un crime de lèse-majesté, un crime qui est puni ici d’une peine entre trois et quinze ans de prison.

Depuis qu’il a pris le pouvoir en 2014, le gouvernement militaire a déjà bloqué environ 7 000 sites internet considérés comme lèse-majesté, mais il se heurte à un problème en ce qui concerne Facebook ainsi que pour les sites internet accueillis par des serveurs basés hors de Thaïlande.

Pour Facebook, les autorités thaïlandaises ne peuvent bloquer que l’ensemble du système, mais elles ne peuvent pas bloquer sélectivement certaines pages. Or, elles savent que l’opinion réagirait immédiatement si Facebook était désactivé. Donc, la solution choisie a été d’écrire à Mark Zuckerberg.

Réponse de Facebook

Le réseau social n’a pas tout de suite obtempéré et bloqué les 600 pages désignées. Mais il y a eu quand même une réaction. Facebook a envoyé un message à l’historien thaïlandais exilé à Paris Somsak Jeamteerasakul. Ce message l’informait qu’un jugement d’un tribunal thaïlandais déclarait crime de lèse-majesté une vidéo qu’il avait postée sur Facebook. Et l’accès à la vidéo a ensuite été bloqué par Facebook.

L’historien Somsak Jeamteerasakul et sa page Facebook sont tout particulièrement dans le collimateur de la junte thaïlandaise. Les militaires ont interdit à tous les Thaïlandais de communiquer avec lui par Internet, ou même de simplement le suivre sur Facebook, lui, ainsi qu’un autre universitaire qui vit au Japon et le journaliste britannique Andrew MacGregor Marshall.

Cette interdiction n’est pas à prendre à la légère. La semaine dernière, trois Thaïlandais ont été arrêtés pour avoir partagé des commentaires du Facebook de Somsak. Ces trois personnes ont été détenues au secret dans un camp militaire et elles risquent maintenant de longues peines de prison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.