Accéder au contenu principal
Japon

Le Parlement japonais autorise l’empereur Akihito à abdiquer

L'empereur japonais Akihito a dû faire l'objet d'une loi spéciale pour pouvoir abdiquer.
L'empereur japonais Akihito a dû faire l'objet d'une loi spéciale pour pouvoir abdiquer. REUTERS/Issei Kato

Le Parlement japonais a voté une loi pour permettre à l’empereur Akihito, âgé de 83 ans et souffrant, de céder le trône du Chrysanthème à son fils aîné. Si tout se passe comme prévu, l'empereur renoncera à ses fonctions à la fin de 2018, son fils lui succédera au début de 2019. Ce vote du Parlement ouvre la voie à la première abdication d'un empereur au Japon en plus de deux siècles.

Publicité

Avec notre correspondant à Tokyo,  Frédéric Charles

L’empereur Akihito, simple symbole de l’Etat, est privé de la plupart des droits des citoyens japonais, comme celui de prendre sa retraite. Le Parlement a dû voter une loi spéciale pour lui permettre d’abdiquer. Et cette loi ne s’applique qu’à lui.

La dynastie impériale japonaise est liée au shinto, la religion première des Japonais, et celle-ci considère l’empereur comme une sorte de pape japonais.

La dynastie impériale est un enjeu de pouvoir politique au Japon. La droite veut maintenir l’empereur en état d’apesanteur. Ni homme ni Dieu, comme au temps de la Constitution de Meiji qui date de 1889. La droite refuse de reconnaître à son empereur la possibilité d’abdiquer, car ce serait remettre en cause le principe qu’il est sacré et inviolable et non pas un citoyen japonais du XXIe siècle comme les autres.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.