Accéder au contenu principal
Afghanistan

En Afghanistan, l’échec de l’éducation des filles

85% des enfants déscolarisés en Afghanistan sont des filles.
85% des enfants déscolarisés en Afghanistan sont des filles. WAKIL KOHSAR / AFP

Seize ans après la chute du régime des talibans et l'invasion de l'Afghanistan par les Etats-Unis, l'éducation des jeunes afghanes recule. 37 % des adolescentes seulement savent lire et écrire, contre 66 % des garçons, nous apprend Human Rights Watch. Dans un rapport publié mardi 17 octobre, l'ONG dénonce un véritable échec pour les autorités locales et pour la communauté internationale. Même si l'école est obligatoire jusqu’à 14 ans, de nombreuses jeunes filles arrêtent l'école bien avant.

Publicité

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Elles n'ont pas plus de 7 ans, parfois moins, et slaloment entre les voitures dans les rues de Kaboul pour vendre des chewing-gums, des stylos ou des mouchoirs en papier. Triste illustration du travail des enfants, véritable fléau qui participe à la désertion des bancs de l'école par les filles.

Les garçons ne sont pas épargnés, mais les filles sont plus nombreuses à en subir les conséquences. Sur les 3,5 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés en Afghanistan, 85 % sont des filles, révèle le rapport de HRW.

Diverses causes pour une même conséquence

Les raisons de ces déscolarisations sont multiples : la pauvreté qui pousse les familles à envoyer leurs filles travailler, mais aussi l'insécurité due au conflit et certaines traditions persistantes. Ainsi, dans la république islamique d'Afghanistan, les classes ne sont pas mixtes. Surtout, certaines familles refusent que leurs filles suivent des cours dispensés par des hommes. Or, moins de 20 % des professeurs qui enseignent sont des femmes.

Par ailleurs, nombreuses sont les élèves qui quittent l'école une fois fiancées. Ce qui arrive souvent alors qu’elles sont très jeunes. Un tiers des Afghanes sont mariées avant leur 18 ans.

La vétusté ou l'absence de structure est également un frein à l'éducation des jeunes filles. 41 % des écoles du pays sont dépourvues de bâtiments, indique le rapport, qui souligne que, de façon générale, il y a moins d'écoles pour les filles que pour les garçons.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.