Accéder au contenu principal
Philippines

Philippines: fin de la bataille contre les jihadistes à Marawi

Les troupes philippines autour du président Duterte. Marawi, le 17 octobre 2017.
Les troupes philippines autour du président Duterte. Marawi, le 17 octobre 2017. REUTERS/Stringer

Aux Philippines, le gouvernement a annoncé que la bataille de Marawi est officiellement terminée. Pendant près de cinq mois, le groupe Maute, allié de l'organisation EI, avait occupé en partie Marawi, principale ville musulmane du sud de l'archipel. Selon l'armée philippine, les derniers terroristes se sont rendus et tous les otages ont été secourus, une semaine après la proclamation de la libération de la ville par le président Rodrigo Duterte.

Publicité

Avec notre correspondante à ManilleMarianne Dardard

Les troupes gouvernementales ont commencé leur retrait de Marawi, malgré des échanges de tirs encore entendus ce lundi matin. Le 23 mai dernier, des centaines de jihadistes ayant prêté allégeance au groupe EI avaient pris le contrôle de secteurs entiers de la ville, utilisant des civils comme boucliers humains. En cinq mois, 920 combattants jihadistes ont été tués, ainsi que 165 militaires et 47 civils, selon le gouvernement. Plus de 400 000 personnes ont fui la ville. Certains quartiers de Marawi ne sont plus qu'un champ de ruines après avoir été pilonnés quasi quotidiennement par des frappes aériennes.

Après avoir longtemps minimisé la menace terroriste, les autorités philippines craignent de nouvelles attaques dans d’autres villes, comme l’a annoncé le président philippin Rodrigo Duterte, dans un discours prononcé dimanche.

Selon divers experts en terrorisme, la bataille de Marawi pourrait constituer un appel d'air pour les candidats au jihad des pays voisins. Hormis le groupe Maute à l'origine du siège de Marawi, le sud des Philippines abrite plusieurs autres groupes armés qui ont eux aussi prêté allégeance à l'organisation EI depuis 2014. Sans compter la guérilla menée dans la région par les séparatistes musulmans depuis les années 1970 qui a tué plus de 120 000 personnes.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.