Accéder au contenu principal
Australie

Abus sexuels sur enfants: ce que les victimes veulent dire à l'Australie

La Commission royale d’enquête australienne sur les abus sexuels sur mineurs publie des témoignages de victimes dans un livre intitulé «Message to Australia».
La Commission royale d’enquête australienne sur les abus sexuels sur mineurs publie des témoignages de victimes dans un livre intitulé «Message to Australia». ©Royal Commission into Institutional Responses to Child Sexual

En Australie, une longue enquête a pris fin ce jeudi 14 décembre. Pendant cinq ans, une commission royale australienne, créée en 2012 à l'instigation du gouvernement a recueilli plus de 8 000 témoignages de personnes abusées sexuellement dans leur enfance. Des dizaines d'institutions sont visées : écoles, clubs sportifs, maisons de soin ou encore organisations religieuses. Le but de cette enquête était de libérer la parole des victimes, mais aussi d'améliorer le système australien de protection de l'enfance pour éviter que de tels abus se reproduisent à l'avenir.

Publicité

Plus de 1 000 messages écrits par des victimes ont été publiés ce jeudi 14 décembre dans un livre, intitulé Message to Australia. La plupart sont anonymes. Certains sont très courts comme celui-ci : « Que notre voix fasse écho ». D'autres plus longs comme celui-là : « Un pédophile ne vole pas seulement votre enfance, il vole aussi une grande partie de votre vie d'adulte »

Pour une grande majorité de ces victimes de viols, c'était la première fois qu'elles se confiaient. A l'époque, d'aprèsl'enquête de la commission royale, la police, les agences de protection de l'enfance, et l'Eglise catholique refusaient très souvent de croire les enfants. Et pourtant, les chiffres révélés cette année ont choqué tout le pays : rien qu'entre 1950 et 2009, 4 400 enfants ont subi des attouchements sexuels par des prêtres.

C'est donc la fin d'une longue enquête. Mais tout ne s'arrête pas là. De nombreuses affaires continuent d'être entendues par les tribunaux. Et vendredi, la Commission royale remettra au gouverneur général de l'Australie un rapport final avec de nombreuses recommandations pour que « les choses changent vraiment ». C'est ce qu'a déclaré Peter McClellan, le juge qui a dirigé cette enquête.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.