Accéder au contenu principal
Birmanie

La Birmanie célèbre ses 70 ans d'indépendance

Le 4 janvier 1948, le drapeau de la nouvelle République de Birmanie a remplacé celui du colonisateur britannique.
Le 4 janvier 1948, le drapeau de la nouvelle République de Birmanie a remplacé celui du colonisateur britannique. Universal History Archive/UIG via Getty Images

Il y a 70  ans, la Birmanie devenait indépendante après plus de soixante ans de colonisation britannique. C’était le 4  janvier 1948. Une indépendance négociée par le général Aung San, le père d’Aung San Suu Kyi. Il a été assassiné peu de temps avant le départ des Anglais. Une figure toujours forte aujourd’hui dans le pays.

Publicité

Avec notre correspondante à Rangoon, Sarah Bakaloglou

«  La demande de notre peuple est l’entière indépendance.  » En 1947, le général Aung San prononce ces quelques mots en anglais, mais le père d’Aung San Suu Kyi sera assassiné avant l’indépendance.

Aujourd’hui, le souvenir du général Aung San reste très présent, comme chez cette Birmane originaire de Rangoon  : «  Je le respecte beaucoup, c’est une des meilleures personnes que je connaisse. Il a rendu la Birmanie fière d’elle-même et je l’admire vraiment  », dit-elle.

Sous la junte militaire, le rôle du père d’Aung San Suu Kyi pour l’indépendance a été passé sous silence. La raison  : ne pas donner trop de crédibilité à sa fille, alors opposante politique.

Ya Minn su, professeur d’histoire, se souvient de ses leçons. «  Les militaires l’avaient éliminé des manuels et je devais respecter les livres d’histoire. Mais je voulais que les enfants le connaissent, donc j’ai dû chercher des informations sur lui en dehors des textes officiels  », explique-t-elle.

Aujourd’hui, la dirigeante birmane tente de s’appuyer sur l’héritage de son père. Avant de mourir, il avait signé un accord avec certaines des minorités du pays pour ouvrir la voie à l’indépendance. L’accord de Panglong n’a jamais été mis en œuvre.

70  ans plus tard, le pays est toujours agité par des conflits ethniques. La prochaine conférence de paix est d’ailleurs prévue à la fin du mois de janvier en Birmanie.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.