Accéder au contenu principal
Birmanie

Birmanie: le moine extrémiste Wirathu peut de nouveau s'exprimer en public

Le moine Wirathu ici en mai 2017 peut désormais de nouveau s'exprimer publiquement.
Le moine Wirathu ici en mai 2017 peut désormais de nouveau s'exprimer publiquement. YE AUNG THU / AFP

En Birmanie, un moine ultra-nationaliste est sorti de prison ce vendredi 9 mars. Il avait organisé une manifestation anti-rohingyas devant l'ambassade américaine à Rangoun en 2016. Une libération qui coïncide avec la fin, ce soir, de l'interdiction de sermons pour un autre moine extrémiste, Wirathu. Elle aura duré un an.

Publicité

Avec notre correspondante à Rangoun, Eliza Hunt

Ces deux moines influents en Birmanie sont connus pour leurs discours de haine anti-musulmans. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'extrémiste Wirathu a été contraint de garder le silence pendant douze mois, même s'il est resté très actif sur le réseau social Facebook, critiquant par exemple le parti d'Aung San Suu Kyi, qu'il accuse de favoriser les musulmans, au détriment des bouddhistes.

La décision d'interdire ses sermons a été prise, il y a un an, par la haute autorité du clergé bouddhiste du pays. Elle tenait sa réunion annuelle, il y a deux semaines et aucune nouvelle mesure à l'encontre du bonze extrémiste n'y a été prise.

Mais les appels se multiplient pour que le comité sanctionne les discours de haine de certains moines. Il y a deux semaines, à Rangoun, lors d'une conférence de presse, un religieux bouddhiste a appelé les autres moines à prendre leurs distances publiquement.

Le ministre des Affaires religieuses a aussi réclamé des mesures en ajoutant qu'il était difficile pour le gouvernement d'agir tant qu'il n'y aurait pas d'unité entre les autorités, l'armée et la société birmane.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.