Accéder au contenu principal
Bangladesh / Enseignement

Bangladesh: violents affrontements entre étudiants et forces de l’ordre

Des échauffourées, qui ont commencé dimanche soir et ont duré jusqu'au petit matin, ont transformé l'université de Dacca, la plus grande du pays, en champ de bataille.
Des échauffourées, qui ont commencé dimanche soir et ont duré jusqu'au petit matin, ont transformé l'université de Dacca, la plus grande du pays, en champ de bataille. AFP

Des heurts avec les forces de l'ordre ont fait une centaine de blessés au Bangladesh après les manifestations étudiantes qui avaient commencé dimanche 8 avril au soir à l'université de Dacca. La mobilisation s'est étendue à d'autres villes lundi 9 avril. Les dizaines de milliers de jeunes qui ont occupé les campus et bloqué des autoroutes demandent la révision des quotas qui garantissent plus de la moitié des emplois de l'administration aux familles d'anciens combattants et aux minorités. Le gouvernement a promis de leur répondre avant le 7 mai.

Publicité

L'occupation de l'université de Dacca a dégénéré dans la nuit de dimanche à lundi quand les forces de l'ordre ont voulu disperser les manifestants en tirant des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes. Les étudiants ont répondu en leur jetant des pierres et en incendiant des voitures.

D'autres universités du pays ont rejoint le mouvement lundi, ainsi que des groupes de chômeurs qui estiment, eux aussi, que les quotas limitent leur accès à l'emploi.

La loi réserve 30% des postes de la fonction publique administrative aux familles des anciens combattants de la guerre d'indépendance et 26% aux minorités, soit plus de la moitié. Et ceux qui ne sont pas pourvus dans ce cadre restent vacants.

Depuis le début du mouvement en février dernier, les protestataires demandent que les quotas passent de 56% à 10%. Lundi, en fin de journée, les étudiants ont été reçus par le secrétaire général du parti au pouvoir, la Ligue Awami.

Le gouvernement, après avoir dans un premier temps refusé toute révision du texte, a assuré qu'il ferait des propositions au plus tard le 7 mai. De leur côté, les étudiants ont accepté de suspendre les manifestations d'ici là.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.