Accéder au contenu principal
Thaïlande

Thaïlande: les opposants à la junte exigent des élections dès cette année

Des manifestants anti-junte à Bangkok, Thaïlande, le 10 février 2018.
Des manifestants anti-junte à Bangkok, Thaïlande, le 10 février 2018. REUTERS/Soe Zeya Tun

En Thaïlande, les opposants à la junte organisent ce samedi une manifestation pour réclamer la tenue d’élections cette année. Cette fois-ci les militaires au pouvoir n’ont pas interdit le rassemblement s’il ne déborde pas. Les manifestations précédentes avaient donné lieu à des affrontements entre étudiants et policiers.

Publicité

Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus

La manifestation doit se tenir dans la soirée à l’intérieur du campus de l’université Thammasat, le lieu symbolique de tous les rassemblements pro-démocratiques en Thaïlande. Le rassemblement est autorisé par la police, à condition que les opposants ne sortent pas du campus ; de leur côté, ceux-ci ont promis de ne pas défiler dans les rues.

Le mois de mai marque le quatrième anniversaire du coup d’Etat de 2014, lorsque les généraux ont renversé le gouvernement élu de Yingluck Shinawatra. Il s’agit de la plus longue période de dictature militaire depuis presque un demi-siècle, d’où l’exaspération des étudiants qui prévoient une série de manifestations dans les semaines à venir.

Un scrutin trop lointain

Ils réclament des élections le plus vite possible, considérant que la date de février 2019 fixé pour le scrutin par la junte n’est pas acceptable.

Ils exigent aussi que le gouvernement militaire s’en tienne à un rôle de gouvernement provisoire et ne prenne aucune décision engageant l’avenir du pays. De son côté, le chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, cache de moins en moins son apparente volonté de continuer à diriger le pays après les élections.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.