Accéder au contenu principal
Indonésie

Indonésie: le Français Michaël Blanc enfin libre

Michaël Blanc en prison en Indonésie, à Madiun (île de Java) en 2009.
Michaël Blanc en prison en Indonésie, à Madiun (île de Java) en 2009. RFI/Didier Audebert

Cela va faire 19 ans qu'il est bloqué en Indonésie. Mais il pourra bientôt rentrer en France. Michaël Blanc avait été arrêté en décembre 1999 à Bali pour trafic de stupéfiants et il a ensuite passé 14 ans en prison, jusqu'en 2014. Depuis, le Français, sous contrôle judiciaire, avait interdiction de quitter le pays. Une interdiction qui devrait être levée ce samedi. Michael Blanc peut désormais envisager de rentrer au pays.

Publicité

Il n'y aucune raison d'attendre. Hélène Le Touzey, la mère de Michaël Blanc, est déjà prête. Dès que le contrôle judiciaire de son fils prendra fin, soit le 21 juillet 2018, elle le ramène en France. Un retour au pays après avoir passé 19 ans coincé en Indonésie dont 14 années derrière les barreaux pour une affaire de trafic de stupéfiants.

En décembre 1999, il avait été arrêté à l'aéroport avec près de 4 kilogrammes de cannabis cachés dans des bouteilles de plongée. Michaël Blanc s'était alors défendu en expliquant qu'il les transportait pour le compte d'un ami.

Des explications qui n'avaient pas convaincu la justice indonésienne. Jakarata possède en effet une des législations parmi les plus sévères de la planète en matière de stupéfiants. Michael Blanc avait échappé de peu à la peine de mort.

Ce n'est en revanche pas le cas de son compatriote Serge Atlaoui, condamné à la peine capitale en 2007. Il est depuis dans le couloir de la mort comme de nombreux autres étrangers.


«La joie et l'impatience sont vraiment là»

Avec notre correspondant à Jakarta, Joël Bronner

A la veille de son départ d'Indonésie, RFI a rencontré Hélène Le Touzey qui a tout quitté depuis des années pour venir en aide à son fils à l'autre bout du monde.

« La joie et l'impatience sont vraiment là. Il compte les jours. Le compte à rebours a été fait depuis un certain temps. Mais au fur et à mesure qu'on avance, l’inquiétude grandit aussi, parce que le moment de l'échéance se rapproche, donc c'est comme ça quoi », confie Hélène Le Touzey.

Michaël Blanc n'est pas autorisé à s'exprimer. Dans un café de la capitale Jakarta, c'est donc sa mère Hélène Le Touzey qui prend la parole a sa place. Elle qui s'est battue depuis de nombreuses années pour la liberté de son fils, une liberté finalement sur le point de se concrétiser ce samedi 21 juillet.

Même si, la veille du jour J encore, il lui a fallu batailler : « En fait nous avons été tous les deux dans plusieurs administrations et certains documents manquaient ou n’étaient pas exactement comme ils auraient dû être et donc on a un peu fait des allers et retours entre plusieurs administrations et plusieurs fois. La journée a été très longue et un peu difficile quand même ».

Mais à présent, ce sont d'autres difficultés qui attendent Michaël Blanc. Même si l'homme de 45 ans a bien conscience qu'il devra de toute façon tout redémarrer de zéro.

Hélène Le Touzey chez elle à Jakarta, en 2009, tenant entre ses mains un article de magazine consacré à Michaël Blanc, à l'occasion des dix ans de son arrestation.
Hélène Le Touzey chez elle à Jakarta, en 2009, tenant entre ses mains un article de magazine consacré à Michaël Blanc, à l'occasion des dix ans de son arrestation. Nicolas SANDERS/RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.