Accéder au contenu principal
Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande: les achats de maisons principales réduits pour les étrangers

Auckland, en Nouvelle-Zélande.
Auckland, en Nouvelle-Zélande. GettyImages

En Nouvelle-Zélande, il va devenir très compliqué d’acheter une résidence pour ceux qui n’habitent pas dans le pays. Pour lutter contre la hausse des prix de l’immobilier, le gouvernement a fait passer mercredi 15 août une loi qui restreint fortement les possibilités pour les étrangers d’acheter maisons et appartements.

Publicité

« Ce gouvernement pense que de riches acheteurs étrangers ne devraient pas pouvoir surenchérir sur des Néo-Zélandais » : c’est la ligne défendue par le gouvernement de Wellington, qui l’an dernier avait remporté les élections en promettant de résoudre une crise du logement sans précédent. En 10 ans, les prix des habitations ont augmenté de 60%, et le nombre de Néo-Zélandais propriétaires a atteint son plus bas niveau depuis 1951 – sur fond d’immigration record et de manque de nouvelles constructions.

Pour la coalition dirigée par les travaillistes, cette crise est en partie due aux spéculateurs étrangers. Mais l’opposition, qui s'élève contre la loi adoptée ce mercredi, souligne que seuls 3% des logements en Nouvelle-Zélande sont vendus à des étrangers – un chiffre qui monte toutefois à 5% dans la région du Queenstown, aux paysages réputés, et à 22% dans le centre d’Auckland.

L’opposition rappelle aussi l’importance des investisseurs étrangers pour le pays. Le Fonds monétaire international avait d’ailleurs le mois dernier conseillé au gouvernement néo-zélandais de revenir sur sa décision.

Les nouvelles restrictions devraient être mises en œuvre dans les deux mois. Les étrangers qui voudraient malgré tout acheter des biens immobiliers résidentiels devront prouver que le pays va bénéficier de cet achat -  par exemple s’ils augmentent le nombre d’habitations sur un terrain avant de le revendre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.