Accéder au contenu principal
Sri Lanka

Sri Lanka: le Parlement vote une motion de censure contre le Premier ministre

Des fidèles du Premier ministre ont tenté de perturber le vote au Parlement du Sri Lanka, le 14 novembre.
Des fidèles du Premier ministre ont tenté de perturber le vote au Parlement du Sri Lanka, le 14 novembre. LAKRUWAN WANNIARACHCHI / AFP

Le Parlement du Sri Lanka a voté mercredi 14 novembre une motion de censure contre le gouvernement du nouveau Premier ministre Mahinda Rajapakse, nommé récemment par le président de façon controversée.

Publicité

Le président du Parlement a déclaré que la majorité des 225 députés avaient voté la motion de censure contre Mahinda Rajapakse. Le Sri Lanka connaît une confrontation à la tête de l'État depuis le 26 octobre, après le limogeage litigieux du chef de gouvernement Ranil Wickremesinghe et son remplacement par l'ex-homme fort de l'île Mahinda Rajapakse.

Ranil Wickremesinghe dénonce son renvoi comme inconstitutionnel et s'accroche au pouvoir comme à sa résidence officielle. Mais le résultat du vote parlementaire ne signifie pas forcément une victoire pour l’ex-Premier ministre, car le président Maithripala Sirisena conserve la faculté de choisir le prochain Premier ministre.

Lors d'une séance chaotique, Mahinda Rajapakse, 72 ans, et son fils député, Namal, sont sortis du Parlement juste avant que le président de cette instance, Karu Jayasuriyan, n'appelle au scrutin sur la motion de censure.

Pertrubations

Les fidèles de l'ancien homme fort ont tenté de s'emparer du sceptre qui symbolise l'autorité du Parlement afin de perturber le vote, sans empêcher toutefois Karu Jayasuriyan de procéder aux opérations. « Les "oui" l'ont emporté, a-t-il annoncé. Je décide que cette chambre n'a pas confiance dans le gouvernement » Rajapakse.

Sur ces entrefaites, des ministres de son gouvernement sont sortis du Parlement en accusant son président d'avoir violé le règlement de la chambre en organisant un vote décisif contre leur volonté.

La veille, la Cour suprême a annulé la dissolution du Parlement prononcée le 9 novembre par le président. Celui-ci voulait convoquer des élections anticipées pour obtenir une majorité et avaliser la nomination de Mahinda Rajapakse.

(Avec dépêches)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.