Accéder au contenu principal
Thaïlande / Droit de l'homme

Thaïlande: les corps de deux militants antimonarchie retrouvés dans le Mékong

Le Mékong près de la frontière entre le Laos et la Thailande.
Le Mékong près de la frontière entre le Laos et la Thailande. Reuters/Chaiwat Subprasom

En Thaïlande, les deux corps retrouvés sur les bords du fleuve Mékong appartiennent bien à des militants anti-monarchie qui avaient disparu depuis quelques semaines. C’est l’ADN qui a parlé.

Publicité

Avec notre correspondante à Bangkok,  Carol Isoux

La police thaïlandaise a bien confirmé qu’il s’agit des corps de Puchana et Kasalong, deux militants républicains qui se cachaient au Laos voisin depuis plusieurs années. Ils ont été enveloppés dans des sacs de riz puis ficelés. Leurs assassins les ont éviscérés et remplacés leurs organes avec du ciment avant de balancer leur corps dans le fleuve. Ils travaillaient avec un troisième compagnon, plus âgé, qui lui, est toujours porté disparu.

Le républicanisme est considéré comme un crime de lèse-majesté en Thaïlande, qui peut valoir jusqu’à 15 ans de prison. En l’espace de deux ans, au moins cinq partisans de l’instauration d’une République au royaume de Thaïlande ont disparu de leur domicile au Laos, où une diaspora d’opposants politiques est installée depuis l’instauration du gouvernement militaire en 2014.

Des événements qui arrivent juste après l’annonce de la date du couronnement du nouveau souverain thaïlandais, le 4 mai prochain.

(Ré) écouter : Démocratie: Birmanie et Thaïlande, mauvais élèves (Fréquence  Asie)

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.