Accéder au contenu principal
Inde

Attentat au Cachemire indien: les Cachemiriens pourchassés

L'attentat-suicide dans le Cachemire indien, revendiqué par un groupe islamiste basé au Pakistan, a frappé jeudi 14 février un convoi de 78 véhicules transportant quelque 2 500 paramilitaires de la Central Reserve Police Force (CRPF) de retour de congés.
L'attentat-suicide dans le Cachemire indien, revendiqué par un groupe islamiste basé au Pakistan, a frappé jeudi 14 février un convoi de 78 véhicules transportant quelque 2 500 paramilitaires de la Central Reserve Police Force (CRPF) de retour de congés. REUTERS/Mukesh Gupta

En Inde, l’attentat suicide de jeudi 14 février qui a tué 40 paramilitaires a créé un choc au sein de la société indienne. Et au fur et à mesure que les corps des soldats sont renvoyés dans leurs régions d’origine, un sentiment de vengeance grandit au sein de la population. Celle ci est dirigée maintenant contre toutes les personnes originaires du Cachemire accusées d’être des terroristes.

Publicité

De notre correspondant, Sébastien Farcis

Cela a commencé au lendemain de l’attentat contre les paramilitaires au Cachemire. Dans l’Etat himalayen de l’Uttarakhand, douze étudiants cachemiriens rentrent de la mosquée quand des militants hindouistes radicaux les tabassent. Pour ces activistes, les Cachemiriens, qui sont musulmans, sont tous complices de l’attentat. Ceci sous prétexte que l’attaque, revendiqué par une organisation pakistanaise, a été perpétrée par un Indien du Cachemire.

Depuis, c’est la contagion. Des centaines d’étudiants du Cachemire sont harcelés et deux universités forcées de s’engager à ne plus admettre d’étudiants du Cachemire. Alors que ces derniers fuient justement leur région en guerre pour étudier. A Calcutta, des commerçants cachemiriens sont également menacés et des résidents renvoyés de leur appartement par les propriétaires.

Des centaines se précipitent vers les aéroports pour rentrer dans leur région, ceux qui ne peuvent pas demandent à l’armée de les aider. Un mouvement de solidarité est toutefois né, et des personnalités ont publiquement déclaré qu’elles accueilleraient chez elles des Cachemiriens pourchassés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.