Accéder au contenu principal
Chine

Chine: jackpot pour l’appli d’Alibaba dédiée au président Xi Jinping

L'appli «Xuexi Qiangguo» («Etude pour rendre la Chine forte») a un franc succès en Chine.
L'appli «Xuexi Qiangguo» («Etude pour rendre la Chine forte») a un franc succès en Chine. Greg Baker / AFP

Une application pour mobile développée par le géant du commerce en ligne Alibaba et entièrement dédiée à la gloire du président Xi Jinping, bat tous les records de téléchargements en Chine.  L’application pour smartphone : « Etude pour rendre la Chine forte » créée spécialement  pour promouvoir les grandes décisions du gouvernement chinois, a été téléchargée environ 44 millions de fois.

Publicité

Ce programme en ligne se consacre, en définitive, uniquement aux faits et gestes du président Xi Jinping dont le culte de la personnalité, à travers cette version numérique, n’a rien à envier avec celle autrefois imaginée par Mao Zedong et son petit livre rouge. Lancée en janvier 2019, l’appli très ludique offre à son utilisateur, quand il consulte des articles ou des vidéos, la possibilité de cumuler des points, afin de gagner des tablettes tactiles ou des smartphones.

Les « nouvelles routes de la soie » présentées

A la Une des sujets affichés à travers l’application, la mini tournée européenne du président chinois,  pour présenter le projet titanesque des « nouvelles routes de la soie ». Ce programme d'investissements dans les domaines terrestres et maritimes pour démultiplier les exportations de Pékin est estimé à 1 000 milliards de dollars. Entièrement piloté par la Chine entre l'Asie, l'Europe et l'Afrique, le projet inquiète. Le président français redoute l’« hégémonie » des entreprises chinoises sur tout le territoire de l’Union. Les services en ligne sont les premiers concernés par ces nouvelles routes de la soie qui empruntent depuis longtemps les chemins du numérique, constate Laure de Carayon, fondatrice de China Connect. « Lorsqu’on parle de la route de la soie numérique, on a beaucoup d’acteurs chinois dans ce qu’on appelle les réseaux sociaux, le e-commerce en particulier, tout ce qui est stratégie de contenus pour pouvoir justement partager des données. C’est un enjeu très, très fort aujourd’hui. Les Chinois ont la volonté de rivaliser avec les acteurs occidentaux. C’est un sujet évidemment de préoccupation, d’intérêts sur lesquels, il faut qu’on puise bien se défendre ».

Autre sujet de préoccupation, les infrastructures télécom de Huawei, très en avance sur les réseaux haut débit de la 5G. Alors que les États-Unis ont fait pression sur l’Europe pour boycotter l’équipementier chinois en invoquant des risques d’espionnage, l’Union Européenne a, en définitive, décidée qu’elle n’imposera pas d’interdiction globale contre Huawei, laissant ainsi aux pays de l’UE le soin de décider au cas par cas. Mais en avançant ainsi en ordre dispersé sur les routes de la soie, les pays de l’Union risquent cependant de laisser choir en cours de chemin, l’idée même d’une souveraineté européenne face à Pékin.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.