Accéder au contenu principal
Chine

Hong Kong: le militant pro-démocratie Joshua Wong arrêté

Joshua Wong lors d'une manifestation le 17 juin 2019, à Hong Kong.
Joshua Wong lors d'une manifestation le 17 juin 2019, à Hong Kong. REUTERS/Thomas Peter

Le militant pro-démocratie Joshua Wong a été arrêté vendredi 30 août à la veille d'une nouvelle manifestation prévue à Hong Kong. On a appris également l'arrestation d'Agnes Chow, qui appartient au même parti que Joshua Wong et de Andy Chan, fondateur d’un parti  indépendantiste.

Publicité

Avec notre correspondante à Hong Kong, Florence de Changy

Selon le président du parti Demosisto, Nathan Law, Joshua Wong a été poussé dans une camionnette banalisée vendredi matin vers 7h30, alors qu’il marchait entre chez lui et la station de métro de South Horizon, dans son quartier situé sur l’île d’Ap Lei Chau, couverte de tours de logements sociaux et reliée au sud de l’île de Hong Kong par un pont.

Il a été emmené au commissariat central de Wan Chai. La police a confirmé l’arrestation, mais pas ses motifs. Joshua Wong était sorti de prison le 17 juin où il avait terminé de purger une peine de quelques mois pour obstruction et désordres publics liés au « mouvement des parapluies » il y a cinq ans.

À lire aussi : Joshua Wong : à Hong Kong, « nous faisons face à l’empereur Xi »

Quelques heures plus tard, la police a annoncé avoir arrêté chez elle, Agnes Chow, numéro trois du même parti Demosisto.

Un autre leader étudiant, Andy Chan, fondateur du parti indépendantiste HKNP, à présent interdit, a été arrêté à l’aéroport alors qu’il partait au Japon.

Manifestation interdite pour l'anniversaire du « mouvement des parapluies »

La région semi-autonome se prépare à marquer, ce samedi 31 août, le cinquième anniversaire de l’annonce par Pékin d’une réforme électorale pour élire au suffrage universel le chef de l’exécutif. La proposition catégoriquement refusée par le camp pro-démocratie avait donné lieu aux 79 jours de « mouvement des parapluies ».

Mais la manifestation prévue samedi a été interdite par la police, qui dit avoir de fortes raisons de craindre de nouveaux débordements violents, notamment à proximité de la résidence de la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam, et de grands hôtels. D’autant que cette marche avait pour destination le bureau de liaison de Pékin où des heurts ont déjà eu lieu à plusieurs reprises.

Par ailleurs, jeudi, le délégué général des organisateurs de la manifestation, le Front civil des droits de l’homme, Jimmy Sham, a été attaqué avec une batte de baseball dans un restaurant par deux hommes masqués.

NewsletterAvec la Newsletter Quotidienne, retrouvez les infos à la une directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.